Accueil Monde

Pour Noël, Pékin se réveille sous une blanche couche de pollution

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 1 min

Un blanc compact recouvre les rues et estompe les immeubles: le jour de Noël, Pékin s’est réveillé non pas sous la neige mais plongé dans une épaisse couche de brouillard polluant, d’une nocivité 25 fois supérieure aux plafonds recommandés.

Le smog à l’âcre odeur de charbon réduisait la visibilité à guère plus d’une centaine de mètres, sans que la municipalité de Pékin n’ait à nouveau décrété une «alerte rouge» (de niveau maximal) à la pollution atmosphérique.

La concentration de particules de 2,5 microns de diamètre (PM 2,5), particulièrement dangereuses car elles pénètrent profondément dans les poumons, a atteint vendredi 620 microgrammes par m3, selon les relevés de l’ambassade américaine.

Soit très au-dessus du seuil maximal de 25 microgrammes recommandé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour une exposition de 24 heures.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Monde

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs