Accueil Société

Marc Wilmet disparu, la langue française en deuil

Le professeur de l’ULB avait reçu le prestigieux prix Francqui pour une carrière de chercheur et de pédagogue d’exception. Il est mort à 80 ans.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 6 min

V ous voyez la différence entre une jeune femme et une femme jeune ? Osez dire que l’antéposition de l’adjectif épithète est neutre en français après cela ». C’était l’un des premiers cours de première (on disait « candi » à l’époque) de Marc Wilmet. La place de l’adjectif ? Mais c’était bonnet blanc et blanc bonnet, non ? Non. Et Marc Wilmet, disparu samedi à l’âge de 80 ans, ouvrait les portes de la langue, disséquant la phrase, jouant avec et sur les mots, nous apprenant à les collectionner comme d’autres les papillons, mais surtout en les gardant vivants. Trente ans plus tard, je lui envoyais encore parfois un exemple croustillant de « après que » suivi d’un indicatif. Certes la règle en grammaire orthodoxe, mais appliquée par moins d’un pour cent des locuteurs.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Soudon Philippe, mardi 13 novembre 2018, 10:31

    Quelle belle lettre d'amour pour un père pédagogique. Merci à vous et à lui.

  • Posté par Van Strijthem Michel , lundi 12 novembre 2018, 0:48

    "L'importance qu'a eu...." Elle semble se perdre, cette importance...

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs