Accueil Opinions Éditos

Le «Nous» de combat de Macron et Merkel

L’éditorial de Béatrice Delvaux, éditorialiste en chef.

Article réservé aux abonnés
Editorialiste en chef Temps de lecture: 3 min

O n gardera, de ce jour, l’image de 84 chefs d’Etat et de gouvernement qui étaient hier des nations belligérantes. Ce qui demeure incertain dans l’avenir, c’est la façon dont sera interprétée cette image. Sera-t-elle le symbole éclatant d’une paix durable entre les nations ? Ou la photographie d’un dernier moment d’unité avant que le monde ne sombre dans un nouveau désordre  ? » C’est sur ce terrible doute que le président Emmanuel Macron a ouvert le Forum de Paris pour la paix dimanche après-midi. Une interrogation qui, portée par l’un des plus puissants dirigeants du monde, officialise aux yeux de tous la possibilité imminente d’une nouvelle folie mondiale. Quelques heures plus tôt, devant ces fameux chefs d’Etat comprenant alors Donald Trump et Vladimir Poutine, le jeune président français n’avait pas été moins explicite en évoquant les causes de la guerre 14-18 : « 

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

12 Commentaires

  • Posté par Bachelart Bernard, mardi 13 novembre 2018, 9:06

    La France de Macron (il était alors ministre de l'économie) a violé l'embargo des armes vers la Syrie pour armer des groupes djihadistes (dont au moins une branche d'El Qaïda). Les autorités allemandes ont dû reconnaître qu'elles versaient des centaines de millions d'euros à des groupes islamistes dans la province syrienne d'Idlib. Ces actes les discréditent totalement en tant qu'apôtres de la paix.

  • Posté par NOBEN Karl, lundi 12 novembre 2018, 18:02

    Bachelart Bernard : A part me faire un procès d'intention et croire qu'il suffit d'imaginer une histoire sans l'un ou l'autre de ses épisodes funestes en fera disparaître les conséquences, que proposez-vous ? Les exemples de soutiens militaires que vous dénoncez sont à replacer dans leur contextes, et certainement pas à caricaturer comme vous le faites. Des morts en ont découlé, certains en ont retiré un intérêt peu avouable, des interventions se sont révélées a posteriori avoir fait pire que mieux, mais trêve d'angélisme, les traditions et écrits les plus anciens sont émaillés de récits de conflits et d'asservissement de l'homme par l'homme... La gouvernance mondiale actuelle est loin d'être parfaite, mais au moins constitue-t-elle une tentative de trouver des solutions malgré la faible adhésion des belligérants

  • Posté par Hennaux Jean, mardi 13 novembre 2018, 9:31

    ...et tout cela pour des guerres tribales entre sémites!

  • Posté par Bachelart Bernard, lundi 12 novembre 2018, 21:12

    Ah, bon, parce que l'histoire est émaillée de conflits et d'asservissement de l'homme par l'homme, on doit soutenir les agressions de l'OTAN et de plusieurs de ses membres contre des pays souverains? Quelle légitimité a votre "gouvernance mondiale", qui ne représente que les pays de l'OTAN, soit environ un dixième de la population mondiale? Il est inadmissible d'agir unilatéralement et violemment, à la mode de l'OTAN, sous prétexte de tenter de trouver une solution. C'est tout simplement la loi du plus fort. Bref, les agressions militaires que vous préconisez n'ont aucune légitimité, ni celle du droit international, ni celle de l'accord de la majorité de la population mondiale, ni celle de l'efficacité dans l'établissement de la paix.

  • Posté par Petitjean Charles, lundi 12 novembre 2018, 17:46

    Qui ne pourrait pas être d'accord avec les bons et beaux mots d'Emmanuel et d'Angela, relayés avec affection par notre Béatrice vespérale attendrie ? Evidemment que tout le monde -enfin presque !- souhaite la paix, la prospérité et le bonheur, mais que l'Histoire et le présent nous montrent que tous ces biens sont fragiles et que notre démocratie, les valeurs qui habitent notre coeur et l'Europe risquent à tout moment d'être saccagées par les despotes, les nationalismes et les égoïsmes. Tout ça est vrai ... sauf que notre monde d'hier et d'aujourd'hui est construit sur la guerre elle-même, la guerre économique, la concurrence entre les individus, entre les entreprises, les Etats -même entre les Etats de notre Europe unie ! -, entre les continents. Aujourd'hui le capitalisme, auquel souscrivent la plupart des responsables politiques, a offert à l'oligarchie qui nous gouverne, un champ de bataille immense sur lequel elle peut déployer toute son énergie, toute sa stratégie, tout son machiavélisme pour dominer les nations, les peuples ... et les concurrents. Macron et Merkel eux-mêmes, au-delà des fanfaronnades et des hymnes à la paix, fonctionnent sur le terreau de la guerre capitaliste et n'hésitent pas à l'occasion de batailler là où leurs intérêts les appellent. Citons au nez de tous ces hommes et ces femmes soi-disant d'Etat, les guerres qui ensanglantent aujourd'hui le Moyen-Orient, l' Afrique, l'Asie, en Amérique du Sud. La paix mondiale n'existe pas. Au lieu de nous complaire dans un lyrisme de circonstance, dénonçons l'incohérence et l'hypocrisie de tous ces chantres de la paix qui en utilisent même le concept pour justifier la guerre et répondre aux intérêts des multinationales.

Plus de commentaires

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs