Le PS gérera seul la ville de Seraing

Francis Bekaert © Michel Tonneau
Francis Bekaert © Michel Tonneau

Le Parti socialiste sérésien, fort d’une majorité absolue en siège (20 sur 39) a décidé de poursuivre seul la gestion de la Ville après l’échec des négociations avec le PTB dans un premier temps puis celles avec Ecolo la semaine dernière, a indiqué lundi Francis Bekaert à l’heure où les pactes de majorité doivent être déposés dans chacune des villes et communes.

Le PS avait entamé des discussions privilégiées avec le PTB, fort de 25 % des suffrages, mais au terme d’une seconde réunion, qui s’était tenue le 29 octobre, le parti des travailleurs de Belgique avait mis fin aux négociations estimant qu’il était impossible d’obtenir des avancées sur les problématiques mises sur la table telles que la taxe déchets, la construction de logements sociaux voire le Master Plan au regard des réponses fournies par le PS.

Celui-ci s’était alors tourné vers Ecolo qui réclamait, en fonction de sa représentativité – 10 % pour 42 % au PS, deux échevinats. Une pierre d’achoppement assurément entre les deux partis qui a conduit à la rupture unilatérale, venant d’Ecolo, des discussions en cours alors qu’il n’avait pas encore été réellement question de la déclaration de politique générale.

Pour des raisons idéologiques, Francis Bekaert, le nouveau bourgmestre, avait décidé, malgré la loyauté des Réformateurs sérésiens, de ne pas entamer de pourparlers avec le MR en vue de la constitution d’une majorité un peu plus large (24 sièges sur 39).

Le collège sera donc 100 % socialiste et renouvelé d’un tiers. Outre le départ annoncé d’Alain Mathot, Jean-Louis Delmotte et Andrea Dell’Olivo quitteront le collège. Ils seront remplacés par Laura Crapanzano et Déborah Geradon, qui a loupé le siège maïoral pour un peu moins de 200 voix et qui quitte le parlement wallon au même titre qu’Alain Onkelinx qui, à 62 ans, va embrasser une carrière politique plus locale après avoir été député wallon durant 14 ans.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. IN_SS_2405migraine (2)

    Tous les maux de tête sont-ils des migraines?

  2. Dick Rodgers, 71 ans, milite en faveur de l’Europe, en terres pro-Brexit.

    Royaume-Uni: les élections européennes au Royaume-Uni fleurent bon la désillusion des citoyens

  3. Brad Pitt, Quentin Tarantino, Margot Robbie et Leonardo DiCaprio ont rendu fous les festivaliers, journalistes, photographes, cinéphiles.

    Brad Pitt à Cannes: «En août 1969, Hollywood a perdu son innocence»

Chroniques
  • Campagne 2.0: le Vlaams Belang tire son épingle du jeu

    Jusqu’à présent, le moment le plus captivant de la campagne électorale en Flandre a été l’interruption par des activistes climatiques d’un débat électoral entre Guy Verhofstadt, député européen libéral, et Geert Bourgeois, tête de la liste européenne de la N-VA et actuel ministre-président de la Flandre. Ils ont lancé des confettis et des tracts sur les deux hommes politiques, et se sont jetés par terre dès que les agents de la sécurité ont essayé de les écarter du plateau. Après le lancement par la rédaction d’une séquence sur un thème tout à fait différent, les activistes ont été écartés et remis dans les mains de la police. Le débat put reprendre, mais le suspense avait disparu.

    L’insipidité de la campagne électorale en Flandre a, selon moi, plusieurs causes : la proximité des élections précédentes, en octobre dernier, pour le niveau communal, qui à ce moment-là était le premier scrutin depuis plus de quatre ans ; ou encore,...

    Lire la suite

  • Le double combat européen d’Emmanuel Macron

    En politique européenne, vaut-il mieux avoir raison seul, ou avoir un peu moins raison mais en coalisant des forces autour de soi pour faire progresser ses idées ? C’est la question que nous avons posée au président Emmanuel Macron, que beaucoup – y compris ce journal – jugeaient s’être enfermé ces derniers temps dans des positions notoirement minoritaires. Elles ont conféré une image de perdante à la France, particulièrement face à l’Allemagne d’Angela Merkel, sa partenaire que l’on dit beaucoup plus irritée par le président français...

    Lire la suite