7% des futures mères prennent des médicaments dangereux

© Belga.
© Belga.

On se souvient du Softenon, cet anti-nauséeux vendu en Belgique entre 1959 et 1962, qui avait fait naître des milliers d’enfants sans bras ou aux jambes déformées dans les 76 pays où il était commercialisé. Aujourd’hui encore, la consommation de médicaments pendant la grossesse suscite des inquiétudes, souvent aussi des incertitudes, chez les femmes. À raison : même inoffensif pour la mère, un médicament aussi courant qu’un anti-inflammatoire peut être néfaste pour le fœtus.

Pourtant, huit femmes sur dix consomment, au cours de leur grossesse des médicaments prescrits et remboursés. Un nombre important, révèle une étude des Mutualités libres publiée aujourd’hui, que Le Soir a pu consulter. En analysant les données de plus de 60.000 de leurs affiliées, enceintes entre 2013 et 2016, les Mutualités socialistes ont également découvert qu’il s’agissait dans 7 % des cas de médicaments potentiellement dangereux pour le fœtus ou susceptibles de provoquer des anomalies dans son développement.

Encourager le dialogue

La sensibilisation est donc primordiale. À l’initiative de la ministre de la Santé publique, Maggie De Block (VLD), l’agence fédérale des médicaments et des produits de santé avait ainsi lancé, fin 2017, une campagne visant à informer et guider les femmes, et encourager le dialogue avec les professionnels de la santé (médecin, pharmacien, sage-femme).

« Pour les pharmaciens, il est difficile et délicat de demander à chaque femme si elle essaie d’avoir un enfant ou est enceinte  », fait remarquer Alain Chaspierre, pharmacien et président de l’Association des pharmaciens belges (APB). Ce dernier souhaite « encourager les femmes à le mentionner spontanément à leur pharmacien et leur médecin ».

Seulement du paracétamol

Un dialogue qui permettrait d’éviter la prescription de médicaments potentiellement nocifs pour le fœtus.

Parmi ceux-ci, certains sont toutefois disponibles sans ordonnance, voire sur internet. C’est le cas d’anti-inflammatoires non stéroïdiens, comme le Diclofénac ou l’Ibuprofène, à proscrire absolument : « Un tiers des femmes ne sait pourtant pas que ces médicaments, tout comme les aspirines, sont contre-indiqués tout au long de la grossesse », indique Alain Chaspierre. Pour traiter la douleur sans risquer de nuire au fœtus, une solution : le paracétamol.

Pour aider les femmes à s’y retrouver, une autre solution consisterait à apposer un pictogramme de femme enceinte sur les boîtes de médicaments dangereux, comme c’est le cas en France.

Poursuivez votre lecture sur ce(s) sujet(s) :Médicaments|Internet|Personnel médical|Belgique|France
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les serres ne sont ouvertes que jusqu’au 10 mai prochain.

    Promenade royale au milieu des arbres bicentenaires

  2. Selon l’IAAF, qui s’appuie sur une étude scientifique indépendante, la surproduction de testostérone rendrait Semenya quasiment imbattable par ses collègues féminines.

    Caster Semenya est-elle trop rapide pour être une femme?

  3. Camille Pisani
: «
Je pense que la moitié de nos problèmes viennent des coupes budgétaires et l’autre moitié du fait qu’on ne peut pas agir d’initiative.
»

    Pisani: «Il faudrait refinancer l’Institut des sciences naturelles de 30%»

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Un renouvellement électoral qui en appelle d’autres

    Un vent de changement semble soulever les feuillets des listes électorales. En l’espace de cinq ans, une législature, sept noms sur dix y ont été, en moyenne, biffés et remplacés par d’autres. Quand on observe les places « gagnantes », le chiffre est tout de suite moins impressionnant. A l’exception notable du PTB et de Défi, le renouvellement ne concerne plus qu’un candidat sur six, quand ce n’est pas un sur dix.

    ...

    Lire la suite