Des Plaisirs d’Hiver high-tech

Le coup d’envoi des Plaisirs d’hiver sera donné le 30 novembre à 17 heures.
Le coup d’envoi des Plaisirs d’hiver sera donné le 30 novembre à 17 heures. - Sylvain Piraux.

De l’installation high-tech à 360 degrés «The Dome» dans laquelle on pourra découvrir des performances audiovisuelles immersives entre la rue de l’Evêque et la place De Brouckère, à l’invité d’honneur qui, venu tout droit de Rovaniemi, en Laponie, n’est autre que le vrai Père Noël. Cette 18e édition des Plaisirs d’Hiver allie plus que jamais tradition et modernité.

Car outre la traditionnelle grande roue, le sapin offert par la Région wallonne, la patinoire couverte et les 250 chalets, un spectacle son et lumière, projeté à 360º sur les façades de la Grand-Place tous les soirs à partir de 17h, entraînera le visiteur dans un voyage aux frissons garantis sur le thème des aurores boréales. Un vidéo-mapping fera de la façade de l’église Sainte-Catherine une œuvre d’art mouvante de l'artiste Oli B., aux dessins alliant formes abstraites et teintes vives. La devanture du casino Viage prendra vie, elle aussi. Et pour leur coup d’envoi le 30 novembre à partir de 17 heures, les Plaisirs d’Hiver rendront hommage à Eddy Merckx et la Grande Boucle, qui partira de la capitale en 2019. Avec une «Bike Parade» aux danses inspirées de contes de fées et chorégraphies à bicyclettes créées par la Compagnie Theater Tol. «C’est un bonheur d’accueillir Eddy et de célébrer avec lui les cinquante ans de sa première victoire», a souligné le bourgmestre Philippe Close. Un village itinérant pour l’ensemble de la ville Pour faire profiter l’ensemble de la ville de cet événement féerique du 30 novembre au 6 janvier, le village itinérant Winter Pop investira ainsi week-end après week-end le quartier des Squares, les Marolles, Neder-Over-Heembeek et Laeken. Tandis que 123 artères et rues seront illuminées. Pour les plus petits, les Schtroumpfs descendront de Brussels Expo le 5 décembre, veille de Saint-Nicolas. Au départ du quai aux Briques, leur cortège se clôturera à la Bourse par une «Smurf Dance» et une distribution de bonbons.

L’année dernière, l’événement a attiré pas moins de 2,5 millions de visiteurs, dont 38% de Bruxellois, 28% de Belges, wallons et flamands, et 34% de touristes étrangers, a souligné Karine Lalieux, échevine du Tourisme et des Grands événements. Des visiteurs qui «fréquentent les chalets, mais aussi les restaurants, les magasins et les hôtels» de Bruxelles, dans une période souvent jugée creuse pour l’horeca.

 

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le nouveau ministre des pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, a annoncé qu’il allait demander des explications aux CA de Nethys et Enodia.

    Brutélé sur la vente discrète de Voo par Nethys: «On est considéré comme une partie négligeable»

  2. tshisekedi

    Félix Tshisekedi au «Soir»: «Ce n’est pas normal que le Congo soit l’un des pays les plus pauvres du monde»

  3. François Desquesnes et le CDH partagent les ambitions de la majorité, mais dénoncent un manque de clarté.

    François Desquesnes (CDH): «Le texte du PS, du MR et d’Ecolo pour la Wallonie tourne autour du pot»

La chronique
  • Vive le furlong!

    Pour retrouver la canicule, plongeons-nous un moment dans la tête de Boris Johnson.

    A quoi ressemblera dans son esprit la Grande-Bretagne après qu’elle ait fermé les volets et les mille sabords pour que rien ne vienne plus souiller les mocassins à glands des sujets de Sa Gracieuse Majesté ?

    A propos d’Elisabeth II, justement. Symbole essentiel de la Grande-Bretagne à l’ancienne que les Brexiters veulent reconstituer. Elle restera évidemment reine de la quinzaine d’Etats du Commonwealth dont elle est la cheffe d’Etat (dont l’Australie et le Canada). Mais, pour marquer le retour à la Belle Epoque, elle reprendra le titre d’Impératrice des Indes. Ça ne coûte pas cher et quelques gogos d’électeurs n’y verront que du feu. Permettant de sortir du placard ce magnifique slogan de jadis : un empire sur lequel le soleil ne se couche jamais – ce qui au passage permet de supprimer l’heure d’été, c’est toujours ça d’économisé.

    ...

    Lire la suite

  • «Nous avons une obligation de résultats»: chiche!

    Nous avons désormais une obligation de résultats. » Elio Di Rupo parlait d’or devant ses militants jeudi soir à Namur. Cette phrase vaut d’ailleurs au premier chef pour le (l’ex ?) président du PS qui s’est couronné ministre-président wallon et a mené les négociations menant à l’accord de gouvernement. Mais elle s’applique tout autant aux deux autres partis qui forment le nouvel arc-en-ciel.

    Se serrer les coudes...

    Lire la suite