Des Plaisirs d’Hiver high-tech

Le coup d’envoi des Plaisirs d’hiver sera donné le 30 novembre à 17 heures.
Le coup d’envoi des Plaisirs d’hiver sera donné le 30 novembre à 17 heures. - Sylvain Piraux.

De l’installation high-tech à 360 degrés «The Dome» dans laquelle on pourra découvrir des performances audiovisuelles immersives entre la rue de l’Evêque et la place De Brouckère, à l’invité d’honneur qui, venu tout droit de Rovaniemi, en Laponie, n’est autre que le vrai Père Noël. Cette 18e édition des Plaisirs d’Hiver allie plus que jamais tradition et modernité.

Car outre la traditionnelle grande roue, le sapin offert par la Région wallonne, la patinoire couverte et les 250 chalets, un spectacle son et lumière, projeté à 360º sur les façades de la Grand-Place tous les soirs à partir de 17h, entraînera le visiteur dans un voyage aux frissons garantis sur le thème des aurores boréales. Un vidéo-mapping fera de la façade de l’église Sainte-Catherine une œuvre d’art mouvante de l'artiste Oli B., aux dessins alliant formes abstraites et teintes vives. La devanture du casino Viage prendra vie, elle aussi. Et pour leur coup d’envoi le 30 novembre à partir de 17 heures, les Plaisirs d’Hiver rendront hommage à Eddy Merckx et la Grande Boucle, qui partira de la capitale en 2019. Avec une «Bike Parade» aux danses inspirées de contes de fées et chorégraphies à bicyclettes créées par la Compagnie Theater Tol. «C’est un bonheur d’accueillir Eddy et de célébrer avec lui les cinquante ans de sa première victoire», a souligné le bourgmestre Philippe Close. Un village itinérant pour l’ensemble de la ville Pour faire profiter l’ensemble de la ville de cet événement féerique du 30 novembre au 6 janvier, le village itinérant Winter Pop investira ainsi week-end après week-end le quartier des Squares, les Marolles, Neder-Over-Heembeek et Laeken. Tandis que 123 artères et rues seront illuminées. Pour les plus petits, les Schtroumpfs descendront de Brussels Expo le 5 décembre, veille de Saint-Nicolas. Au départ du quai aux Briques, leur cortège se clôturera à la Bourse par une «Smurf Dance» et une distribution de bonbons.

L’année dernière, l’événement a attiré pas moins de 2,5 millions de visiteurs, dont 38% de Bruxellois, 28% de Belges, wallons et flamands, et 34% de touristes étrangers, a souligné Karine Lalieux, échevine du Tourisme et des Grands événements. Des visiteurs qui «fréquentent les chalets, mais aussi les restaurants, les magasins et les hôtels» de Bruxelles, dans une période souvent jugée creuse pour l’horeca.

 

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre heures et cinq minutes
: c’est la durée du rapport que Joachim Coens (CD&V) et Georges-Louis Bouchez (MR) ont fait au roi Philippe mardi après-midi. © Belga.

    Négociations fédérales: ultime pression sur le PS pour se lancer avec la N-VA

  2. La connivence entre Trump et Netanyahou s’est affichée mardi à Washington.

    Proche-Orient: le plan «de paix» de Trump comble Netanyahou d’aise

  3. © Belga.

    Comment concrètement reconnaître Delphine? Nouveau désaccord…

La chronique
  • Chez les Britanniques, le départ d’Harry et Meghan anime plus que le Brexit

    Par Marc Roche

    Il y a en ce moment au 10 Downing Street un homme épanoui. Boris Johnson arbore l’air réjoui et apaisé de celui à qui Dame Fortune rend enfin belle et bonne justice après lui avoir fait si longtemps antichambre. Le Premier ministre irradie littéralement de plaisir. On le comprend. Lui qui a toujours abhorré la construction européenne se retrouve au centre de la fête du départ officiel de l’Union européenne prévu pour le 31 janvier.

    Mais quelle fête au juste ? A part une toute nouvelle pièce de monnaie de 50 pence commémorant l’événement, le largage des amarres passe inaperçu. La reprise de la course solitaire au grand large succédant à plus de quatre décennies d’arrimage au Vieux continent ne donne lieu à aucune célébration populaire. Ni feu d’artifice, ni street parties. Le début d’une ère nouvelle est marqué dans l’indifférence générale des sujets de Sa Majesté.

    Un...

    Lire la suite

  • Par Béatrice Delvaux Editorialiste en chef

    Delphine Boël reconnue par Albert II: ainsi soit-elle!

    Delphine Boël est la fille du roi Albert II. La belle affaire ! Il n’y avait plus que le roi pour le nier. Contre l’évidence – son comportement passé envers cette petite fille, sa propre connaissance des liens qui l’unissaient à elle – et contre toute sagesse. Mais surtout contre tout respect pour son enfant. Et c’est là toute la disgrâce de cette histoire.

    Aujourd’hui, Albert II déclare dans un communiqué qu’il veut mettre un terme « dans l’honneur et la dignité » à cette « ...

    Lire la suite