Des Plaisirs d’Hiver high-tech

Le coup d’envoi des Plaisirs d’hiver sera donné le 30 novembre à 17 heures.
Le coup d’envoi des Plaisirs d’hiver sera donné le 30 novembre à 17 heures. - Sylvain Piraux.

De l’installation high-tech à 360 degrés «The Dome» dans laquelle on pourra découvrir des performances audiovisuelles immersives entre la rue de l’Evêque et la place De Brouckère, à l’invité d’honneur qui, venu tout droit de Rovaniemi, en Laponie, n’est autre que le vrai Père Noël. Cette 18e édition des Plaisirs d’Hiver allie plus que jamais tradition et modernité.

Car outre la traditionnelle grande roue, le sapin offert par la Région wallonne, la patinoire couverte et les 250 chalets, un spectacle son et lumière, projeté à 360º sur les façades de la Grand-Place tous les soirs à partir de 17h, entraînera le visiteur dans un voyage aux frissons garantis sur le thème des aurores boréales. Un vidéo-mapping fera de la façade de l’église Sainte-Catherine une œuvre d’art mouvante de l'artiste Oli B., aux dessins alliant formes abstraites et teintes vives. La devanture du casino Viage prendra vie, elle aussi. Et pour leur coup d’envoi le 30 novembre à partir de 17 heures, les Plaisirs d’Hiver rendront hommage à Eddy Merckx et la Grande Boucle, qui partira de la capitale en 2019. Avec une «Bike Parade» aux danses inspirées de contes de fées et chorégraphies à bicyclettes créées par la Compagnie Theater Tol. «C’est un bonheur d’accueillir Eddy et de célébrer avec lui les cinquante ans de sa première victoire», a souligné le bourgmestre Philippe Close. Un village itinérant pour l’ensemble de la ville Pour faire profiter l’ensemble de la ville de cet événement féerique du 30 novembre au 6 janvier, le village itinérant Winter Pop investira ainsi week-end après week-end le quartier des Squares, les Marolles, Neder-Over-Heembeek et Laeken. Tandis que 123 artères et rues seront illuminées. Pour les plus petits, les Schtroumpfs descendront de Brussels Expo le 5 décembre, veille de Saint-Nicolas. Au départ du quai aux Briques, leur cortège se clôturera à la Bourse par une «Smurf Dance» et une distribution de bonbons.

L’année dernière, l’événement a attiré pas moins de 2,5 millions de visiteurs, dont 38% de Bruxellois, 28% de Belges, wallons et flamands, et 34% de touristes étrangers, a souligné Karine Lalieux, échevine du Tourisme et des Grands événements. Des visiteurs qui «fréquentent les chalets, mais aussi les restaurants, les magasins et les hôtels» de Bruxelles, dans une période souvent jugée creuse pour l’horeca.

 

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
C’est un mépris inacceptable à l’égard du Palais
!
», tonne le constitutionnaliste Marc Verdussen (UCL).

    Crise politique: le Roi tenu à l’écart, quelles conséquences?

  2. Le vice-Premier MR regrette que la N-VA ait changé d’avis sur le pacte migratoire.  Pas de s’être allié avec elle.

    Didier Reynders au «Soir»: «Pas de regret de s’être allié à la N-VA»

  3. 136.000 gilets jaunes ont manifesté ce samedi. Les forces de l’ordre ayant mobilisé un maximum de moyens ont procédé à 1.700 interpellations, dont 1.100 à Paris.

    Macron prépare sa réponse aux gilets jaunes

Chroniques
  • Mémoire aux poubelles, mémoire des poubelles

    Dans son documentaire Un héritage empoisonné, (voir aussi) Isabelle Masson-Loodts (entre autres membre du collectif Huma) établit un parallèle effrayant entre, d’une part, la « gestion » des obus et autres vestiges de la Première Guerre et, d’autre part, la gestion des déchets nucléaires menée par l’ANDRA (l’Agence nationale française des déchets radioactifs, NDLR). En cent ans, le constat n’est pas tant que l’on n’a rien appris ; c’est surtout que les mêmes erreurs sont commises, au nom de la même ignorance, du même cynisme et du même mépris des populations locales.

    La région de la Meuse, dans le nord de la France, permet à la réalisatrice de conforter ce parallèle ; elle a connu les dévastations de la Grande Guerre, les affres du nettoyage des déchets toxiques de cette guerre (obus souvent chargés de produits chimiques, cadavres…), et aujourd’hui, les projets d’enfouissement à plus de 500 mètres sous terre des déchets...

    Lire la suite

  • La souveraineté, cette dangereuse obsession

    S i la question se posait aujourd’hui, la Belgique ne signerait pas la Déclaration universelle des droits de l’homme. » Françoise Tulkens, ex-juge à la Cour européenne des droits de l’homme, est catégorique et en veut pour preuve les dissensions gigantesques qui entourent la signature du pacte migratoire. L’ex-juge souligne l’hostilité actuelle aux textes supranationaux, bien éloignée de l’enthousiasme d’il y a vingt ans.

    ...

    Lire la suite