«Les animaux fantastiques 2», «Un homme pressé»...: nos critiques des sorties cinéma

«Les animaux fantastiques 2», «Un homme pressé»...: nos critiques des sorties cinéma

Les animaux fantastiques : Les crimes de Grindelwald (David Yates)

J. K. Rowling n’a pas son pareil pour installer une intrigue qui parlera à toutes les générations ou presque. Un grand film d’action et une proposition artistique. Une recette qui fonctionne.

Un homme pressé (Hervé Mimran)

Fabrice Luchini n’a pas son pareil pour manipuler la langue, jouer les grands orateurs et tourner le monde en dérision. C’est ce qu’il fait plutôt bien dans ce film librement inspiré de la vie de l’homme d’affaires français Christian Streiff. Si l’histoire est touchante, elle se veut par contre parfois trop attendrissante. Bref, un film émouvant et drôle, mais qui a aussi trop tendance à jouer sur les sentiments.

Suspiria (Luca Guadagnino)

Luca Guadagnino s’attaque à un grand classique : Suspiria de Dario Argento (1977), maître du cinéma d’horreur italien. Audacieux, le pari est brillamment réussi, si le spectateur accepte toutefois de faire abstraction de l’œuvre originale.

The wife (Björn Runge)

Le couple formé par Jonathan Pryce et Glenn Close brille de sincérité, est touchant aussi bien dans ses forces que dans ses failles. Un film qui parle d’amour, mais aussi de la société, grâce à un casting admirable.

Mug (Malgorzata Szumowska)

Mêlant beauté de la nature et vulgarité humaine, la Polonaise Malgorzata Szumowska n’est pas tendre avec son pays et ses contemporains qu’elle décrit comme racistes, vaniteux, voués au consumérisme et pétris de catholicisme. Ce film assez brut n’évite ni clichés, ni longueurs.

Mitra (Jorge León)

Ce film choral expérimental demande qu’on accepte de ne pas savoir où il nous mène, de perdre ses repères. De tout cela émerge le sens. Sauf si on s’est réellement perdu entre toutes les strates narratives. Ce qui fut notre cas… Film psychotique, dit son auteur.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. d-20190716-3V2NE5 2019-07-16 14:13:29

    La Lune a marqué les Hommes, ils y ont laissé leurs traces (infographie)

  2. Presse-papier01

    Pour les histoires de cœur, Internet a remplacé l’ami entremetteur

  3. Les seins nus étaient un symbole de libération de la femme dans les années 70. Aujourd’hui, beaucoup de Romandes ne portent pas de soutien-gorge pour leur propre confort.

    A Genève, les seins se passent de soutien

Chroniques
  • A-t-on «bruxellé» sur la Lune?

    Du Brussels Vloms sur la Lune ?

    Nul n’ignore que les prétendus premiers pas de l’homme sur la Lune le 21 juillet 1969 relèvent de la fake news – pardon, de l’infox. Et que le premier à fouler le sol lunaire n’est pas l’Américain Neil Armstrong, mais notre compatriote Tintin, reporter de son état, dont les aventures lunaires ont été contées par Hergé dans les albums Objectif Lune (1953) et On a marché sur la Lune (1954). La vérité ayant repris ses droits, posons-nous une question essentielle : aurait-on parlé bruxellois sur la Lune ?

    Les fidèles de cette chronique connaissent déjà la réponse : le billet de la semaine dernière a...

    Lire la suite

  • Faut-il remettre la main sur la Lune?

    Elle est là depuis les premiers jours de la Terre et elle est le musée des premiers moments de l’Univers. Fascinante, elle est gravée à Lascaux, célébrée en Egypte, niée par l’Inquisition. Verne et Wells imaginent comment sonder son mystère. Méliès en fait une farce philosophique. C’est d’une guerre que naîtront carburants et calculateurs, clés du voyage. C’est d’une autre, froide, que viendra l’accomplissement, dans un délai exceptionnellement court. Les pionniers furent téméraires et, heureusement, un peu chanceux, à dos de Saturn, la...

    Lire la suite