Accréditation retirée: CNN attaque la Maison-Blanche en justice

Edition numérique des abonnés

La chaîne CNN a annoncé mardi qu’elle attaquait en justice la Maison-Blanche, pour avoir retiré la semaine dernière l’accréditation d’un de ses journalistes après un échange houleux avec Donald Trump.

«  CNN a assigné l’administration Trump en justice devant un tribunal fédéral de Washington », a annoncé la chaîne en direct. «  Elle demande la réinstauration de l’accréditation de son correspondant en chef à la Maison Blanche Jim Acosta », a-t-elle indiqué.

«  Il est très clair que la décision (de retirer l’accréditation de Jim Acosta) a été prise sur la base du contenu de sa couverture » et porte atteinte au Premier amendement sur la liberté d’expression, a déclaré en direct Ted Boutrous, l’avocat de CNN.

Donald Trump «  a plusieurs fois attaqué et défié CNN et M. Acosta (…) On ne peut pas accepter que la Maison Blanche jette les gens dehors juste parce qu’elle n’aime pas ce qu’ils couvrent ».

La Maison Blanche avait annoncé jeudi le retrait de l’accréditation de Jim Acosta, une sanction inédite, au lendemain d’un échange particulièrement houleux entre le journaliste et le président, lors d’une conférence de presse d’une heure et demie à la Maison Blanche.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La nouvelle majorité compte désormais 52 sièges sur 150 à la Chambre.

    MR et N-VA: les risques des petits jeux entre ennemis

  2. Sophie Wilmes (MR), Marie-Christine Marghem (MR), Pieter De Crem (CD&V), Koen Geens (CD&V), Didier Reynders (MR), Kris Peeters (CD&V), Charles Michel (MR), Alexander De Croo (Open VLD), Philippe De Backer (Open VLD), Maggie De Block (Open VLD), Daniel Bacquelaine (MR) et François Bellot (MR).

    Crise politique: guide d’utilisation d’un gouvernement minoritaire

  3. «
C’est un mépris inacceptable à l’égard du Palais
!
», tonne le constitutionnaliste Marc Verdussen (UCL).

    Crise politique: le Roi tenu à l’écart, quelles conséquences?

Chroniques
  • Mémoire aux poubelles, mémoire des poubelles

    Dans son documentaire Un héritage empoisonné, (voir aussi) Isabelle Masson-Loodts (entre autres membre du collectif Huma) établit un parallèle effrayant entre, d’une part, la « gestion » des obus et autres vestiges de la Première Guerre et, d’autre part, la gestion des déchets nucléaires menée par l’ANDRA (l’Agence nationale française des déchets radioactifs, NDLR). En cent ans, le constat n’est pas tant que l’on n’a rien appris ; c’est surtout que les mêmes erreurs sont commises, au nom de la même ignorance, du même cynisme et du même mépris des populations locales.

    La région de la Meuse, dans le nord de la France, permet à la réalisatrice de conforter ce parallèle ; elle a connu les dévastations de la Grande Guerre, les affres du nettoyage des déchets toxiques de cette guerre (obus souvent chargés de produits chimiques, cadavres…), et aujourd’hui, les projets d’enfouissement à plus de 500 mètres sous terre des déchets...

    Lire la suite

  • La souveraineté, cette dangereuse obsession

    S i la question se posait aujourd’hui, la Belgique ne signerait pas la Déclaration universelle des droits de l’homme. » Françoise Tulkens, ex-juge à la Cour européenne des droits de l’homme, est catégorique et en veut pour preuve les dissensions gigantesques qui entourent la signature du pacte migratoire. L’ex-juge souligne l’hostilité actuelle aux textes supranationaux, bien éloignée de l’enthousiasme d’il y a vingt ans.

    ...

    Lire la suite