Accueil Sports Football Football à l'étranger

Temps de jeu limité, désillusions...: l’Angleterre n’a rien d’une terre promise pour les jeunes footballeurs

La liste des Belges partis très jeunes dans de grands clubs étrangers est longue. Mais les succès peu nombreux. Le témoignage du père de Dedryck Boyata.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Enquêtes Temps de lecture: 7 min

Dedryck Boyata est âgé d’à peine 16 ans lorsque, évoluant dans la défense du FC Brussels, il se distingue lors de la Milk Cup, un tournoi réservé aux juniors qui se tient chaque été sur la côte nord de l’Irlande. Quelques jours plus tard, son père reçoit un coup de fil du représentant bruxellois de Manchester City. « Leur vitesse de réaction nous a beaucoup impressionnés, les autres clubs ont été trop lents », se souvient son père, Bienvenue Boyata.

Après de nouveaux tests couronnés de succès à Manchester, l’adolescent réalise le transfert qui allait changer sa vie. Dix ans ont passé, son père regrette aujourd’hui de ne pas s’être opposé à ce qui ressemblait pourtant à l’accomplissement d’un rêve.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

1 Commentaire

  • Posté par Vilain Pierre, mercredi 14 novembre 2018, 9:52

    L'explication la plus simple est sans doute que ces joueurs n'étaient pas assez forts; leurs prestations peu convaincantes dans les clubs où ils ont été prêtés en attestent. Mais le problème le plus grave est peut-être la cupidité des parents qui ne résistent aux salaires mirobolants qu'on offre à leur progéniture.

Aussi en Football international

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs