Pénurie d’électricité en Belgique: la situation reste difficile pour janvier et février

Edition numérique des abonnés

Les réacteurs opérationnels aujourd’hui, Doel 3 et Tihange 1, assureront «  sans difficulté » l’approvisionnement en électricité de la Belgique jusqu’à fin décembre, a estimé mercredi la ministre de l’Énergie Marie Christine Marghem (MR) lors d’une conférence de presse après une réunion de la ’Task Force’, composée des principaux acteurs de l’énergie (Electrabel, Elia, la CREG et la DG Énergie).

La situation reste néanmoins difficile pour janvier et février. « Une réponse est en effet attendue de la part de l’Agence fédérale de Contrôle nucléaire (AFCN) sur Tihange 3 le plus rapidement possible afin de savoir quelles seront les unités opérationnelles pour ces deux mois d’hiver », a souligné la ministre.

Plus de temps que prévu

Marie Christine Marghem, qui en appelle à la responsabilité collective, a en outre fustigé le « sous-financement structurel de l’exploitant et de sa maison-mère (Engie, NDLR), qui ne se soucie pas suffisamment de l’approvisionnement en Belgique ».

Electrabel avait annoncé mardi soir que les travaux sur Doel 1 prendraient plus de temps que prévu et qu’une reconnexion au réseau de celui-ci ne serait pas attendue avant fin janvier de l’année prochaine.

À l’inverse, Tihange 3 pourrait revenir plus rapidement que prévu si la méthodologie d’action proposée par Electrabel est acceptée par l’AFCN.

Actuellement, seuls deux réacteurs sur sept produisent de l’électricité en Belgique : Doel 3 (1006 KW) et Tihange 1 (962 KW, redémarré lundi dernier).

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Je pars avec un pincement au cœur, un gros pincement, vous vous en doutez…
»

    Benoît Lutgen au «Soir»: «Je quitte la présidence du CDH»

  2. Partisans et adversaires du Brexit mêlés devant le Parlement, sous la statue de Winston Chrchill, peu avant le vote
: un moment historique...

    Le Brexit plus que jamais dans l’impasse

  3. La proclamation officielle du résultat de l’élection présidentielle n’a pas entamé la détermination des partisans de Martin Fayulu - ici, lors d’une manifestation à Kinshasa, vendredi dernier.

    RD Congo: des fuites révèlent la victoire de Martin Fayulu

Chroniques
  • Le changement, l'obsession des slogans politiques

    Les élections approchent, ce qui veut dire qu’en tant qu’électeur, on peut s’attendre à deux attitudes fondamentales des partis politiques, exprimant les deux proto-positions politiques : soit ils donneront l’espoir de réaliser un changement, soit ils inspireront la confiance dans la poursuite de leur politique. Le premier sentiment se traduit dans un slogan tel que «  Avec cet homme tout va changer  » ; le deuxième dans le slogan «  Pas de revirement  ». La position de chaque parti politique peut être réduite à une variation sur un de ces deux slogans. C’est aussi la conclusion d’un petit bouquin, Vijftig jaar stemmenmakerij : 17 verkiezingscampagnes 1946-1995  » (50 ans de scrutins : 17 campagnes électorales entre 1946 et 1995) de feu Hugo De Ridder, journaliste politique au Standaard.

    «  Pas de revirement  » était le slogan du Premier...

    Lire la suite

  • Par Colette Braeckman

    RD Congo: valider la tromperie ou la démocratie

    La lenteur avec laquelle la Commission électorale indépendante avait « délibéré » avant de communiquer le résultat des élections présidentielles avait déjà de quoi inquiéter. Et l’on pouvait soupçonner que le « match nul » donnant la victoire à un « troisième homme », Félix Tshisekedi, résultait moins d’un simple comptage des voix que d’une arithmétique beaucoup plus politique…

    Mais aujourd’...

    Lire la suite