Erik Hamrén avant Belgique – Islande: «Facile de se motiver quand on joue contre la meilleure équipe offensive au monde»

©Photonews
©Photonews

L’Islande sera face à un défi de taille, jeudi soir, lors de son dernier match du groupe 2 de la division A de la Nations League. Déjà relégués, les Islandais affronteront les Diables rouges, toujours en course pour le Final Four. « Ils sont N.1 au monde, nous sommes 36e. D’un point de vue réaliste, ils doivent pouvoir s’imposer facilement. Mais dans le football, les petites équipes créent parfois la surprise et j’espère que jeudi soir sera une telle soirée magique », a déclaré le sélectionneur islandais Erik Hamrén, mercredi, au stade Roi Baudouin.

L’Islande est confrontée à de nombreuses absences. Après la star de l’équipe et capitaine Gylfi Sigurdsson (Everton), Birkir Bjarnason (Aston Villa, ex-Standard) a également dû déclarer forfait. Au total, une dizaine de joueurs islandais sont blessés. Quatre à cinq changements sont prévus dans le onze de base. « Durant toutes ces années comme coach, je n’ai jamais vécu cela. J’essaye de construire, mais je dois le faire avec autant de blessés. Si tu veux aller de l’avant, tu dois pouvoir travailler avec la même équipe, et ce n’est pas encore possible. Nos prestations ne sont pas bonnes. Nous sommes un petit pays, tu dois accepter qu’il y ait des hauts et des bas. Parfois il y a une bonne génération, parfois pas. Les grandes nations du football produisent constamment ces talents. »

Rendre la tâche difficile à Eden Hazard

Presque tous les pays du football sont actuellement confrontés à de nombreuses blessures. La succession de rencontres en cette période est vue comme une possible cause. « Honnêtement, je n’ai pas d’explication pour ces blessures. J’aime beaucoup cette Nations League. C’est certainement une bonne affaire pour les joueurs, qui sont compétitifs et préfèrent ça à des amicaux. Comme coach, j’aimerais avoir plus d’amicaux pour essayer des choses. Nous sommes déjà éliminés, mais en termes de motivation, il n’y a pas de problème. Nous jouons contre la meilleure équipe offensive au monde, c’est facile pour les joueurs de se motiver. »

Aron Gunnarsson (Cardiff City) est de retour après une blessure au genou. Comme milieu de terrain, il aura plusieurs fois Hazard face à lui. « Tu sais toutes les qualités que Hazard possède, il les a montrées depuis des années en Premier League. Je le respecterai et lui rendrai la tâche aussi difficile que possible en même temps. Cependant, il ne s’agit pas seulement de lui, mais de toute l’équipe. »

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Quatre nouvelles plaintes ont été déposées contre les pratiques publicitaires en ligne de Google et de l’IAB (Internet Advertising Bureau).

    RGPD: la pub en temps réel sur le web est-elle illégale?

  2. Song Ji Won est l’une des deux candidates à jouer le concerto de Sibelius.

    Du côté des concertos du Reine Elisabeth: concerto pour violon en ré mineur de Jean Sibelius op. 47

  3. pions

    Jeu de l’oie: comment on forme (et déforme) des gouvernements après les élections

Chroniques
  • Les enjeux du tirage au sort de citoyens

    L’idée d’instituer des parlements de citoyens tirés au sort a gagné du terrain, au point d’être reprise à des degrés divers par la plupart des partis politiques. Des listes «citoyennes» en font même un élément central de leur programme, tandis que des intellectuels au départ réticents se disent à présent favorables à ce procédé. Les sondages d’opinion, eux, montrent que la population est plus hésitante, mais il est hors de doute que l’idée a le vent en poupe.

    Il importe d’autant plus d’en clarifier le sens. On présente généralement le tirage au sort comme un moyen d’impliquer les citoyens dans la vie démocratique, de leur permettre de participer davantage à la prise de décision, et on le range souvent du côté de la démocratie directe, comme une alternative à la démocratie représentative.

    ...

    Lire la suite

  • Personne ne devrait souhaiter une guerre avec l’Iran

    Des bruits de bottes dans le Golfe ? L’expression a presque trente ans et, pourtant, elle conserve plus que jamais sa pertinence. On dira pour le moment « guerre des mots » ou « guerre froide ». La dernière crise, due au zèle une fois encore intempestif de Donald Trump, concerne évidemment l’Iran des ayatollahs. Après des années d’âpres négociations, ce pays avait signé en 2015 un accord international sur le contrôle de ses activités...

    Lire la suite