Accueil Techno

«Bonsoir, je suis une IA et voici les titres du 20h»: quand des robots présentent le JT

Une agence de presse Chinoise, Xinuha, a présenté ses deux premières intelligences artificielles chargées de présenter les journaux. Une avancée impressionnante mais peut-être pas si importante.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au pôle Multimédias Temps de lecture: 4 min

Ils passeront sans doute moins de temps qu’un journaliste traditionnel dans la loge maquillage… Ou à se reposer le week-end. C’est justement l’un des objectifs avoués par l’agence de presse étatique Xinhua News, en Chine qui a dévoilé la semaine dernière l’identité de deux de ses prochains présentateurs de journaux télévisés : des intelligences artificielles.

Concrètement, leur fonctionnement reste plutôt limité : le présentateur est créé en images de synthèse générées par le programme en fonction du texte qu’il est censé réciter. S’il n’y a personne face à la caméra et que le personnage est créé de toutes pièces grâce à des effets spéciaux basés sur le physique d’un vrai présentateur, l’illusion est saisissante. Visuellement, du moins. Le ton et la voix monocordes et artificiels sont, eux, un peu moins convaincants. De même que la synchronisation entre les lèvres et la voix qui accuse encore quelques ratés.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

2 Commentaires

  • Posté par Jaspers Marie, lundi 19 novembre 2018, 23:37

    Cette technologie pleine de promesses recèle aussi des risques importants. Yoshua Bengio, chercheur canadien pionnier du "deep learning", nous fait part de ses inquiétudes. Interview. Par Sara Daniel Publié le 19 novembre 2018 à 07h29 SUR LE MÊME SUJET Intelligence artificielle : Karim Benyekhlef, l'homme qui "automatise" la justice Intelligence artificielle : Karim Benyekhlef, l'homme qui "automatise" la justice Intelligence artificielle : ce brillant entrepreneur français qui "clone" les voix Intelligence artificielle : ce brillant entrepreneur français qui "clone" les voix Contrôle social, armes de guerre, chômage… L'intelligence artificielle, pleine de promesses pour l'humanité, recèle aussi d'importants dangers. Le chercheur canadien Yoshua Bengio appelle à sa régulation. Professeur à l'université de Montréal et directeur scientifique de l'Institut des algorithmes d'apprentissage de Montréal (MILA), il est reconnu pour être l'un de trois concepteurs de l'apprentissage profond ("deep learning"). Refusant de céder aux sirènes de la Silicon Valley, il a décidé de poursuivre ses recherches à l'université. Résultat : à 54 ans, il a été cité plus de 139.000 fois dans des publications scientifiques et il est actuellement le chercheur en informatique le plus cité quotidiennement au monde par ses pairs. Interview. (Valerian Mazataud/PANOS/REA pour "l'Obs") Comment définiriez-vous le "deep learning" en quelques mots ?

  • Posté par Jaspers Marie, jeudi 15 novembre 2018, 19:53

    Avec l'IA, combien de personnes perdront leur dignité humaine?

Aussi en Techno

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs