Accueil Monde France

La colère des «gilets jaunes» inquiète l’Elysée

« L’addition des colères et des blocages ne fait pas un projet pour le pays », a averti Emmanuel Macron. L’exécutif fait des gestes envers les automobilistes mécontents. Mais pas question de changer de cap en renonçant aux taxes sur le carburant.

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 4 min

Depuis Paris,

Tout faire pour éviter le «  bololo  » (le bordel, en argot), pour reprendre le mot du Premier ministre Édouard Philippe. Alors que le mouvement des « gilets jaunes » menace de bloquer le pays samedi, c’est le branle-bas de combat dans l’exécutif. Le signe d’une fébrilité certaine devant cette colère sociale atypique née de la hausse du prix des carburants.

«  L’addition des blocages et des colères ne fait pas un projet pour le pays  », a averti mercredi soir Emmanuel Macron, invité du journal de vingt heures de TF1. Il a dit comprendre l’impatience des Français. «  Mais regardons les choses en face : les trois quarts de l’augmentation à la pompe sont dus au cours mondial du pétrole  », a-t-il souligné.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en France

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs