Accueil Société

Asile et migration: nouveau pic des demandes d’asile

Le secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, Theo Francken souhaite rendre le pays « moins attractif ».

Temps de lecture: 2 min

Le nombre de demandes d’asile continue d’augmenter. En octobre, 2.750 personnes sont arrivées en Belgique, soit 400 de plus qu’au mois de septembre. L’Office des Étrangers devra travailler durant les prochains week-ends pour gérer cet afflux. « Nous sommes en mode de crise », a indiqué jeudi le secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, Theo Francken (N-VA), dans les colonnes du Laatste Nieuws.

L’afflux est en nette augmentation depuis juillet. Un pic en été n’est pas rare, mais la montée s’est poursuivie en octobre. Avec 2.750 demandes d’asile – principalement de ressortissants syriens et palestiniens –, le mois dernier représente une augmentation de 17 % par rapport à septembre. Par rapport à octobre 2017, on enregistre même une hausse de 54 %.

Rendre le pays moins attractif

Les chiffres alertent le secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration, Theo Francken. « Ce qui s’est passé en 2015 (plus de 4.000 demandes par mois en été et en automne, ndlr) ne peut absolument pas se reproduire et nous devons prendre des mesures rapidement pour rendre notre pays moins attractif. » M. Francken n’a cependant pas indiqué quelles étaient ces mesures. Il souhaite d’abord obtenir le feu vert du gouvernement. Le secrétaire d’Etat pointe, entre autres, la porosité des frontières extérieures européennes pour expliquer ce nouveau pic.

Le personnel de l’Office des Étrangers est mobilisé à son maximum pour faire face à cet afflux. Par ailleurs, 1.500 places tampon ont été libérées dans les centres pour accueillir les demandeurs d’asile.

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

25 Commentaires

  • Posté par LIENARD NORBERT, jeudi 15 novembre 2018, 9:58

    Pourtant quand on lit MK il n y en a que 600 et tous des très gentils

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Société

Un nouveau code pénal présenté avant cet été, mais sans le féminicide

Le ministre de la Justice annonce vouloir passer la réforme du code pénal en première lecture avant l’été. Si celui-ci, vieux de plus de 150 ans, doit être dépoussiéré et mieux organisé, ses auteurs estiment qu’il faut être prudents avec la notion de féminicide, que certains souhaitent y intégrer.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

Geeko Voir les articles de Geeko