Accueil Culture Arts plastiques

Daniël Ost, sculpteur d’éphémère

Quarante ans qu’il met la nature en scène. Créateur d’œuvres tour à tour intimes et spectaculaires, il considère l’art floral comme un vrai moyen d’expression.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Culture Temps de lecture: 3 min

Fleuriste ? Artiste ? Sculpteur floral ? « A quoi ça sert un titre quand on travaille avec l’éphémère ? » répond inlassablement Daniël Ost quand on essaie de le cerner. Poète un peu, non ?

A 60 ans, ce Flamand originaire de Sint-Niklaas est le créateur floral le plus connu au monde. Rien que ça. En Asie – comme Pierre Cardin, oublié ici, vénéré là-bas –, c’est une star. Il a signé des œuvres aux Etats-Unis, en Italie, en Corée du Sud, en Thaïlande, en Inde, aux Pays-Bas, en France, en Arabie Saoudite, aux Emirats, au Qatar et au Japon... Là-bas, tout particulièrement, il s’est élevé au rang de demi-dieu : il a décoré le temple de Izumo à Shimane, mais aussi la villa impériale à Kurashiki dont il a été fait citoyen d’honneur cette année, il a été reçu par le petit-fils et la petite-fille de l’empereur et la belle-soeur de l’impératrice lui a offert un cerisier très rare qu’il a replanté dans son jardin...

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Arts plastiques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs