André Cardoso suspendu quatre ans par l’Union Cycliste Internationale (UCI)

@Photonews
@Photonews

L’Union Cycliste Internationale (UCI) a suspendu pour une durée de quatre ans le coureur portugais André Cardoso (34 ans), a-t-elle annoncé jeudi dans un communiqué publié sur son site internet. Il avait été contrôlé positif à l’EPO hors compétition en juin… 2017, juste avant le Tour de France où son leader Alberto Contador comptait beaucoup sur son aide pour l’emporter. Trek-Segafredo l’avait alors licencié, et remplacé par l’Espagnol Haimar Zubeldia.

Si le verdict final est aussi tardif, c’est en grande partie parce que l’analyse de l’échantillon B demandée par le coureur, s’était avérée « non-concluante ».

L’UCI indique par ailleurs que «  la décision motivée sera publiée prochainement », afin d’apporter publiquement les justifications de la sanction prononcée. Celle-ci étant rétroactive, la fin de sa suspension est prévue le 26 juin 2021. Autrement dit on ne reverra sans doute plus Cardoso dans les pelotons.

Sa carrière pro l’a notamment vu militer dans les équipes Caja Rural, Cannondale et Trek-Segafredo. Quatorzième du Giro 2016, il a figuré dans le top-25 des sept Grands Tours auxquels il a participé. Il avait remporté une étape du Tour du Portugal (cat 2.1) en 2011.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. © PhotoNews

    Grand Baromètre: les verts, première famille politique du pays

  2. Les parents de la petite Mawda ont été régularisé pour un an et pourront suivre l’enquête sur le décès de leur fille. Un jugement a également contraint le CPAS de Woluwe-Saint-Lambert à prendre en charge la famille.

    Affaire Mawda: la famille de la fillette régularisée

  3. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Grand Baromètre: une vague verte qui rend très très nerveux

    Voilà qui va secouer le monde politique belge. Après des années de domination des partis socialiste, social-chrétien et plus récemment de la N-VA, voici qu’une nouvelle force politique s’impose. Par le biais d’un sondage qui demande évidemment à être vérifié dans les urnes, mais qui ne surprendra pas, tant la poussée verte, des communales aux marches pour le climat, donnait la direction du vent électoral ces derniers temps.

    ...

    Lire la suite