La FGTB et la CSC organiseront des actions du 10 au 14 décembre contre la réforme des pensions

©D.R
©D.R

Y aura-t-il grève le 14 décembre prochain ? Sans doute, mais de façon très larvée. La FGTB et la CSC négocient depuis la semaine passée sur la date et les modalités d’actions pour marquer l’opposition syndicale aux projets du gouvernement en matière de pension.

On le sait, la FGTB aurait souhaité concentrer l’ensemble des actions, décentralisées dans chacune des grandes villes du pays, lors de la journée du vendredi 14 décembre. Un agenda problématique pour la CSC, notamment parce que sa fédération de Liège-Verviers tient congrès ce jour-là. « Il y aura des actions par secteur, tranche Marie-Hélène Ska, secrétaire nationale de la CSC. Ce sont les secteurs qui définiront quel moment est le plus adéquat pour organiser des actions, durant la semaine du 10 au 14 décembre ».

Probable crescendo

Pas de date unique donc, même si la patronne de la CSC ne dément pas son attachement au front commun syndical. Les actions seront donc perlées dans le temps et variées dans la forme (du simple arrêt de travail à la manifestation), avec un probable crescendo jusqu’au vendredi.

Sur le même sujet
Grève
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Donald Trump lance sa campagne 2020

    Donald Trump lance sa campagne présidentielle 2020, sans changer un iota à la stratégie de 2016

  2. La Belgique a bien mal joué dans le dossier du F-35.

    F-35: l’industrie belge refuse d’être le dindon de la farce

  3. Alda Greoli
: « Aujourd’hui, la manière dont on demande aux artistes de prouver leur occupation n’est pas juste. »

    Alda Greoli boucle ses derniers dossiers: «Le statut d’artiste, enjeu majeur au… fédéral»

Chroniques
  • La crise du livre ne fait que commencer

    Ce mardi, Le Soir consacrait un long article à la baisse de la pratique de la lecture en Belgique. Nul doute que certaines déclarations de Benoît Dubois, qui représente les éditeurs belges francophones, vont être contestées. Le pessimisme est en effet mal vu dans le monde culturel, où l’on pratique l’optimisme de la volonté : si on lit moins de classiques, on lit davantage de littérature de genre ; si les romans reculent, la BD est en expansion ; si le livre papier se vend moins bien, la lecture sur écran explose, etc. En alignant des chiffres implacables et en glissant, au passage, que 35 % des enfants quittent l’école primaire sans comprendre ce qu’ils lisent, Benoît Dubois risque de se faire accuser de mépris ou d’élitisme.

    Je reviendrai à la question scolaire dans d’autres chroniques. Je voudrais simplement ajouter, ici, que Benoît Dubois me paraît bien optimiste quand il pronostique un nouveau recul de la lecture en raison des faibles compétences des...

    Lire la suite