La radio numérique (DAB+) débarque à Bruxelles et en Wallonie (vidéos)

La radio numérique (DAB+) débarque à Bruxelles et en Wallonie (vidéos)

Les acteurs radiophoniques publics, privés et indépendants ont donné jeudi le coup d’envoi du déploiement final à Bruxelles et en Wallonie de la radio numérique hertzienne (DAB+), laquelle remplacera à terme la couverture FM actuelle.

Ce jeudi a en effet débuté une série de tests techniques opérationnels entre les réseaux privés et ceux de la RTBF sur une première série d’une dizaine d’émetteurs.

Ce nombre sera progressivement étendu à 24 émetteurs au cours des neuf mois à venir afin d’augmenter la couverture DAB+, laquelle devrait théoriquement supplanter la FM analogique d’ici l’été prochain.

Migrer progressivement

Les opérateurs radios continueront toutefois à diffuser simultanément en analogique et en digital (période dite de « simulcast »), afin de permettre aux auditeurs de migrer progressivement d’un mode à l’autre en s’équipant d’une radio DAB+. Aucune échéance n’a encore été fixée pour l’arrêt total de la diffusion analogique en Fédération Wallonie-Bruxelles.

« Un jour historique »

«  Ce 15 novembre est un jour historique », s’est félicité le ministre des Médias Jean-Claude Marcourt lors d’une petite cérémonie jeudi matin à son cabinet à Bruxelles.

«  Grâce au DAB+, les auditeurs auront une meilleure qualité d’écoute, une offre de radios plus large ainsi qu’une offre de services multimédias renforcée. Le DAB+ a aussi l’avantage de mettre toutes les radios sur un même pied d’égalité. Les radios indépendantes auront ainsi la même qualité de diffusion que les grandes radios », a-t-il ajouté.

La transition vers le DAB+ a bénéficié ces dernières années d’un soutien financier public de près de 13 millions d’euros.

A l’heure actuelle, 16 radios sont déjà disponibles en DAB+, mais leur nombre devrait passer d’ici l’année prochaine à une trentaine.

Si la disponibilité de la radio numérique hertzienne est déjà très forte à Bruxelles, en Brabant wallon ainsi que dans le Hainaut, des efforts restent à faire en provinces de Namur ou du Luxembourg où seuls 70 % de la population est couverte à l’heure actuelle.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. 06670710

    Brexit: Boris Johnson menace d’élections anticipées

  2. Le 17 août 1996, sur les marches du palais de justice de Neufchâteau, apparaît, entre deux policiers, un petit homme rondouillard, aux traits creusés par des heures d’interrogatoires.

    Michel Nihoul est mort: l’affaire Dutroux perd l’une de ses figures

  3. Schwarzenegger dans le dernier «
Terminator
».

    Arnold Schwarzenegger: «La saga ‘Terminator’ a été un chapitre très important de ma vie»

La chronique
  • CD&V: Blanche-Neige et les Sept Nains

    Le CD&V est en grand désarroi. La preuve : pour succéder à Wouter Beke, l’ancien président des démocrates-chrétiens flamands, déjà sept candidats se sont présentés. La plupart d’entre eux sont bourgmestres.

    Ce n’est pas par hasard si le CD&V est toujours le plus grand parti au niveau local, avec plus de 120 bourgmestres sur 300 communes flamandes. Quelques candidats se singularisent : il y a par exemple le président des jeunes démocrates-chrétiens, Sammy Mahdi, toujours accompagné de son chien Pamuk. Ou il y a l’unique femme parmi eux, Katrien Partyka, la bourgmestre de Tirlemont, où le CD&V est devenu en 2014, pour la première fois dans l’histoire de la ville, le plus grand parti. Ou encore, il y a l’acteur bien connu parmi les sept : Walter De Donder, bourgmestre d’Affligem, qui gagne sa vie en jouant le rôle du lutin Plop dans la série pour enfants Le Lutin Plop. Et puis, il y avait les deux candidatures annoncées, celle de Pieter De Crem et celle d’Hendrik Bogaert, bien connus et plutôt à droite, mais qui in fine se sont abstenus....

    Lire la suite

  • Patients et soignants méritent mieux que cela

    Pour les uns – les patrons – il n’y a là rien d’autre qu’une espèce de paranoïa syndicale. Pour les autres – les syndicats – l’accord du non-marchand de 2017 a valeur exclusive d’avancée sociale à l’avantage du personnel. Entre les deux camps, la ministre en affaires courantes de la Santé publique compte les coups. Elle penche même, une fois n’est pas coutume, en faveur des travailleurs, assurant qu’infirmiers, sages-femmes, kinés, logopèdes, diététiciens – « tout le personnel soignant » en fait – doivent « recevoir la...

    Lire la suite