Hausse du prix du carburant: premières actions des «gilets jaunes» en Belgique (vidéos)

Ils l’avaient annoncé, ils l’ont fait : plusieurs Belges ont décidé de rejoindre le mouvement des « gilets jaunes » lancé en France contre la hausse des prix des carburants. Plusieurs groupes et événements Facebook invitent à suivre la même procédure et à bloquer routes et points stratégiques à travers le pays pour faire entendre le mécontentement des citoyens contre les mesures fédérales.

Les premiers blocages ont fait leur apparition ce vendredi matin, comme le rapporte RTL Info, sans causer de réelles perturbations ce vendredi matin. Une septantaine de personnes empêchent les camions d’entrer sur le site de « Total » à Wandre tandis que le site du groupe « Gilops », une société de stockage et fournisseur de mazout, connaît également des blocages à quelques kilomètres de là.

C’est un autre dépôt « Total » qui est bloqué par des dizaines de personnes, dans le Hainaut cette fois, à Feluy, près de Charleroi. Les manifestants bloquent l’accès des camions au site. «La circulation est quelque peu ralentie à cet endroit», précise la bourgmestre. Les manifestants distribuent des tracts aux automobilistes qui passent par là.

A Wierde, près de Namur, plusieurs manifestants se sont rassemblés au dépôt de Proxyfuel. Les protestataires sont arrivés jeudi soir et ont passé la nuit sur place. Le blocage devrait se poursuivre toute la journée. Seuls les camions livrant des carburants routiers sont bloqués. Ceux transportant du mazout de chauffage ne sont pas impactés.

Par contre, il n’y a aucun problème sur les routes. Une carte publiée sur un groupe du réseau social reprend l’ensemble des blocages prévus :

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Dominique Leroy, remerciée par le personnel de Proximus lors de son arrivée au siège de l’entreprise ce jeudi. Le parquet, lui, enquête.

    La sortie très chahutée de Dominique Leroy

  2. Pierre-Yves Dermagne

    Vente de Voo et de Win: l’Arc-en-ciel reprend le contrôle dans l’affaire Nethys

  3. Une vaste opération de démantèlement du réseau IPTV en Europe a permis de fermer plusieurs centaines de serveurs utilisés pour le piratage.

    Le vrai ou faux: existe-t-il des risques pour l’utilisateur de l’IPTV?

La chronique
  • Nethys: Putsch en bord de Meuse

    N ethys. Pour beaucoup au nord du pays, ce nom reste inconnu. Celui de Publifin l’est sans doute moins, car il est lié au versement de jetons de présence à des mandataires wallons pour leur participation à des comités fantômes. Ce scandale de la gouvernance qui a éclaté il y a trois ans, a pourri la vie politique en Wallonie, mettant particulièrement à mal le PS d’Elio Di Rupo, obligé de jeter deux membres clés hors du parti : Stéphane Moreau, patron de Nethys et bourgmestre d’Ans et André Gilles, président de Publifin et homme fort de la province. L’éviction a fait grand bruit car les deux hommes étaient aussi des membres clés du Club des 5 connu pour décider de tout à la très puissante Fédération liégeoise du PS. L’affaire Publifin/Nethys a donné naissance à une Commission d’enquête et, jumelée à l’affaire du Samusocial, elle a inspiré à Benoît Lutgen (CDH) l’idée d’éjecter les socialistes du pouvoir wallon au nom de la gouvernance.

    Ça, c’est...

    Lire la suite

  • Nethys: le chaos, la clarté et l’hystérie

    La clarté ou le chaos ? Il y a désormais des deux dans le dossier Nethys. Et il va falloir au nouveau ministre de tutelle, Pierre-Yves Dermagne, beaucoup de méthode, de sang-froid, d’expertise et d’indépendance politique pour dénouer ce sac de nœuds.

    Ces derniers mois, c’est l’opacité qui a régné sur la restructuration du groupe liégeois, confisquée par un management, un conseil d’administration, quelques hommes et...

    Lire la suite