Hausse du prix du carburant: premières actions des «gilets jaunes» en Belgique (vidéos)

Ils l’avaient annoncé, ils l’ont fait : plusieurs Belges ont décidé de rejoindre le mouvement des « gilets jaunes » lancé en France contre la hausse des prix des carburants. Plusieurs groupes et événements Facebook invitent à suivre la même procédure et à bloquer routes et points stratégiques à travers le pays pour faire entendre le mécontentement des citoyens contre les mesures fédérales.

Les premiers blocages ont fait leur apparition ce vendredi matin, comme le rapporte RTL Info, sans causer de réelles perturbations ce vendredi matin. Une septantaine de personnes empêchent les camions d’entrer sur le site de « Total » à Wandre tandis que le site du groupe « Gilops », une société de stockage et fournisseur de mazout, connaît également des blocages à quelques kilomètres de là.

C’est un autre dépôt « Total » qui est bloqué par des dizaines de personnes, dans le Hainaut cette fois, à Feluy, près de Charleroi. Les manifestants bloquent l’accès des camions au site. «La circulation est quelque peu ralentie à cet endroit», précise la bourgmestre. Les manifestants distribuent des tracts aux automobilistes qui passent par là.

A Wierde, près de Namur, plusieurs manifestants se sont rassemblés au dépôt de Proxyfuel. Les protestataires sont arrivés jeudi soir et ont passé la nuit sur place. Le blocage devrait se poursuivre toute la journée. Seuls les camions livrant des carburants routiers sont bloqués. Ceux transportant du mazout de chauffage ne sont pas impactés.

Par contre, il n’y a aucun problème sur les routes. Une carte publiée sur un groupe du réseau social reprend l’ensemble des blocages prévus :

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La N-VA peut souffler
: avoir débranché la prise du gouvernement fédéral n’a visiblement pas traumatisé son électorat. © Belga.

    Grand Baromètre: en Flandre, la N-VA ne paie pas la chute du gouvernement

  2. Mehdi Nemmouche assure qu’il se tait pour protéger sa grand-mère. Mais celle-ci ne veut plus entendre parler de lui.

    Nemmouche renié par les siens: «Il a sali notre nom de famille»

  3. Zineb | INVITÉE DE LA RÉDACTION (2)

    Zineb El Rhazoui au «Soir»: «Quand j’entends parler de religion dans la cité, mes anticorps me crient méfiance!»

Chroniques
  • «Février sans supermarché», jour 15: quand j’ai dévalisé un supermarché... alternatif

    Par Louise Tessier

    Aujourd’hui, j’ai (presque) fait une seconde entorse au règlement : je me suis rendue dans un supermarché. Mais pas n’importe lequel. Un supermarché collaboratif, qui favorise «  les produits issus d’une démarche respectueuse de l’humain et de l’environnement  ». Tout un programme !

    À la Bees-Coop de Bruxelles, on trouve de tout comme dans un supermarché traditionnel, mais en version plus ou moins bio, local, zéro déchet, équitable. « Plus ou moins » parce qu’il y a un peu de tout ça, mais que chaque produit ne répond pas à l’ensemble de ces critères. Et ce qui fait surtout l’originalité de l’endroit, c’est que c’est collaboratif : pour pouvoir faire ses courses à la Bees-Coop, il faut devenir collaborateur. Chaque membre doit investir 25 euros dans la coopérative (qui ne poursuit pas de but lucratif), puis s’...

    Lire la suite

  • Les Flamands, nos frères: la magie des livres

    P ensez-vous que le président Macron devrait lire votre roman ?  » A cette question, Nicolas Mathieu, le lauréat du prix Goncourt 2018 qui décrit la réalité sociale dévastée de l’est de la France, répondait : «  Je pense que oui.  » «  Pourquoi ?  », demandait le journaliste. «  Parce que les livres créent de l’empathie....

    Lire la suite