Accueil Monde Afrique

RD Congo: la diplomatie belge est aux abonnés absents

A quoi joue la Belgique au Congo ? Sans ambassadeur à Kinshasa depuis près d’un an, la Belgique perd du terrain face à d’autres pays comme la France qui ne demande qu’à prendre la place de l’ancienne puissance coloniale. Les milliers de Belges sur place se posent beaucoup de questions à l’approche des élections du 23 décembre.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 7 min

A cinq semaines des élections, le Congo est entré dans une nouvelle phase d’incertitudes. Difficile de savoir si la Commission électorale (Ceni) réussira à tenir son pari et le risque de troubles ne doit pas être écarté. Dans cette perspective, les ambassades étrangères ont renforcé leurs effectifs et redoublent de vigilance. Au sein de l’Union européenne, on débat sur l’opportunité de renouveler les sanctions (gel des avoirs à l’étranger, interdiction de voyage) qui frappent des personnalités jugées responsables de la répression violente des manifestations du début de l’année.

Cet article est réservé aux abonnés

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

J'en profite

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Camal André, samedi 17 novembre 2018, 22:21

    Reynders: la seule personne en Belgique payée bien cher pour se tripoter les bouts de doigts.

  • Posté par Rousseau Jean-pierre , samedi 17 novembre 2018, 17:57

    Sans doute que ce n'est plus rentable...

  • Posté par Monsieur Alain, samedi 17 novembre 2018, 17:37

    Oui et alors quoi ? Les "hommes d'affaires" sont inquiets ? Fort bien : "So wat ?. A qui rapporte le business ? A l'Etat belge ????? Aux contribuables belges ????? .. et qu'on ne me réserve pas la fumeuse théorie du "ruissellement".

  • Posté par Slezingher , samedi 17 novembre 2018, 15:48

    Comment penser que Didier Reynders puisse comprendre les Congolais, du haut de sa morgue,il ne comprend déjà pas les Belges!

Aussi en Afrique

Vaccins anti-covid: «Le fossé est trop grand, nous devons faire mieux, ensemble, rapidement. Mais comment?»

La réunion ministérielle entre l’UE et l’Union africaine, tenue mardi à Kigali, n’a pas permis de rapprocher les points de vue sur le front de l’inégalité criante pour l’accès aux vaccins contre le covid. Le partage est « beaucoup trop lent, beaucoup trop désorganisé », reconnaît Sophie Wilmès. Les Européens refusent toujours la levée des brevets.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs