Fraudes dans le football: les agents de joueurs pas encore invités à discuter avec la Pro League

Edition numérique des abonnés

Les agents de joueurs ne sont pas encore invités à rejoindre dans les discussions le panel d’experts indépendants de la Pro League, mis sur pied suite à l’enquête sur la fraude et la corruption qui secoue le football belge. La Pro League l’a communiqué vendredi à l’agence Belga.

Les agents, qui avaient eux-mêmes réclamé une place dans ces discussions, n’ont reçu aucune invitation. «  Ce n’est pas encore à l’ordre du jour », a-t-on déclaré du côté de la Pro League. «  Pour le moment, le panel d’expert (Pierre François, Melchior Wathelet et Wouter Lambrecht, ndlr) étudie l’actuelle législation. Sur cette base, certains cas seront présentés au conseil d’administration et à l’assemblée générale de la Pro League. »

Toutefois, cela ne signifie pas que les agents sont exclus de ce processus de manière définitive. «  Peut-être seront-ils invités plus tard, mais pas pendant ce tour de consultation », a ponctué la Pro League, précisant que les agents ne seront pas impliqués avant le 17 décembre, date de la prochaine assemblé générale de l’association représentant les 24 clubs professionnels en Belgique.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. La nouvelle majorité compte désormais 52 sièges sur 150 à la Chambre.

    MR et N-VA: les risques des petits jeux entre ennemis

  2. Sophie Wilmes (MR), Marie-Christine Marghem (MR), Pieter De Crem (CD&V), Koen Geens (CD&V), Didier Reynders (MR), Kris Peeters (CD&V), Charles Michel (MR), Alexander De Croo (Open VLD), Philippe De Backer (Open VLD), Maggie De Block (Open VLD), Daniel Bacquelaine (MR) et François Bellot (MR).

    Crise politique: guide d’utilisation d’un gouvernement minoritaire

  3. «
C’est un mépris inacceptable à l’égard du Palais
!
», tonne le constitutionnaliste Marc Verdussen (UCL).

    Crise politique: le Roi tenu à l’écart, quelles conséquences?

Chroniques
  • Mémoire aux poubelles, mémoire des poubelles

    Dans son documentaire Un héritage empoisonné, (voir aussi) Isabelle Masson-Loodts (entre autres membre du collectif Huma) établit un parallèle effrayant entre, d’une part, la « gestion » des obus et autres vestiges de la Première Guerre et, d’autre part, la gestion des déchets nucléaires menée par l’ANDRA (l’Agence nationale française des déchets radioactifs, NDLR). En cent ans, le constat n’est pas tant que l’on n’a rien appris ; c’est surtout que les mêmes erreurs sont commises, au nom de la même ignorance, du même cynisme et du même mépris des populations locales.

    La région de la Meuse, dans le nord de la France, permet à la réalisatrice de conforter ce parallèle ; elle a connu les dévastations de la Grande Guerre, les affres du nettoyage des déchets toxiques de cette guerre (obus souvent chargés de produits chimiques, cadavres…), et aujourd’hui, les projets d’enfouissement à plus de 500 mètres sous terre des déchets...

    Lire la suite

  • La souveraineté, cette dangereuse obsession

    S i la question se posait aujourd’hui, la Belgique ne signerait pas la Déclaration universelle des droits de l’homme. » Françoise Tulkens, ex-juge à la Cour européenne des droits de l’homme, est catégorique et en veut pour preuve les dissensions gigantesques qui entourent la signature du pacte migratoire. L’ex-juge souligne l’hostilité actuelle aux textes supranationaux, bien éloignée de l’enthousiasme d’il y a vingt ans.

    ...

    Lire la suite