Le sous-marin argentin disparu il y a un an «a implosé»

©EPA
©EPA

Le sous-marin militaire argentin ARA Sans Juan, retrouvé samedi un an après sa disparition dans l’Atlantique, a déclaré Gabriel Attiz, le commandant de la base navale de Mar del Plata, port d’attache du submersible. «Il est entier, mais il a implosé. Il se trouve à 870 mètres de fond», a-t-il dit après avoir rencontré les familles des victimes.

Edition numérique des abonnés

Les autorités ont font état de la localisation, samedi à 00h30, d’un batiment de 60 mètres de long gisant au fond de l’Atlantique, à enviro 400 km des côtes de la Patagonie. Samedi matin, des images de sonar de la zone montraient la silhouette floue du San Juan. «Nous sommes émus par cette nouvelle», a déclaré Jorge Villreal, le père d’un des 44 membres d’équipage.

44 membres d’équipages

Le sous-marin San Juan avait disparu avec ses 44 membres d’équipage lors d’une mission dans l’Atlantique sud le 15 novembre 2017. Depuis septembre, les recherches étaient menées par Ocean Infinity, une société privée américaine. «Le bateau d’Ocean Infinity a décidé de faire une nouvelle recherche et grâce à Dieu, il est arrivé à trouver la zone» où le submersible a sombré, a déclaré à la chaîne de télévision argentine Todo Noticias le porte-parole de la Marine, Rodolfo Ramallo.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Cuba a suffisamment de blé importé mais plus les moulins  pour le transformer en farine.

    Une pénurie de farine prive La Havane de pain

  • Doris Salcedo.

    Par Anne Proenza

    Amériques

    Colombie: un contre-monument pour dénoncer la guerre

  • Le nombre de migrants arrêtés a considérablement augmenté cette année, avec parmi eux un nombre record de familles avec enfants.

    Mourir de soif à 7 ans au Etats-Unis

 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Si nous le voulons, nous pouvons constituer une coalition de bonne volonté, avec un parlement actif, engagé, et un gouvernement qui doit assumer ses responsabilités
», a dit Charles Michel. on connaît la suite.

    Comment le gouvernement Michel II est tombé

  2. B9715288930Z.1_20180404203914_000+GF5B1CV05.1-0

    Crise gouvernementale: quand va-t-on voter ?

  3. Belga.

    Crise gouvernementale: ces dossiers de la suédoise qui resteront en rade

Chroniques
  • Gilets jaunes: et maintenant on fait les comptes

    Il y a trois semaines, partout où je passais, tout le monde se voulait «gilet jaune».

    Le dernier week-end, au fil de mes pérégrinations, je n’ai rencontré que des anti-«gilets jaunes».

    Il y a trois semaines, des journaux comme Le Figaro ou Le Monde avaient revêtu des gilets jaunes. Ce lundi, sur leurs sites internet, leurs lecteurs respectifs, pour des raisons d’ailleurs opposées, se déchaînent contre les « gilets jaunes ».

    Ainsi risque-t-on de passer d’un extrême à l’autre. Hier, on a outrageusement surévalué et idéalisé un mouvement qui, dans les rues, n’a jamais atteint la dimension qu’on a feint de lui prêter et qui, surtout, comme Christiane Taubira l’a fort bien exprimé dans le Journal du Dimanche, charriait le sublime et l’abject, la chaleur de l’être ensemble et la fureur de l’exclusion de l’autre, le refus de niveaux de vie faisant honte à la vie et l’enfermement dans des bulles de haine...

    Lire la suite

  • Crise gouvernementale: quel désastre pour la politique

    Après trois semaines en absurdie, le Premier ministre a remis hier soir son sort et celui de son gouvernement entre les mains du Roi. Plus rien sur le pouvoir d’achat, plus rien sur le climat et un budget en douzièmes provisoires : la Belgique se retrouve dans une situation irresponsable.

    Le monde politique, après avoir fortement déstabilisé l’opinion publique par des jeux ubuesques, donnait toujours hier soir des signaux très inquiétants. Il continuait à être obsédé par un objectif :...

    Lire la suite