Bagarre entre supporters lors du Clasico féminin entre le Standard et Anderlecht: le club liégeois condamne les incidents

Capture Twitter
Capture Twitter

Le duel de Super League, championnat belge féminin de football, entre le Standard et Anderlecht, a dû être arrêté en cours de seconde période à cause d’incidents entre les supporters. Les deux équipes l’ont annoncé sur Twitter.

Des hooligans se sont introduits sur le terrain et en sont venus aux mains, obligeant l’arbitre à arrêter la partie alors qu’Anderlecht menait 0-1 suite à un but de la Red Flame Tine De Caigny. Le Standard risque un score de forfait.

«Match arrêté en raison de la bêtise de ‘supporters’ qui ont répondu par de la violence pure à des provocations écrites sur les réseaux sociaux», avait écrit le Standard Femina sur Twitter.

Ce samedi, le Standard a réagi à ces agissements via un communiqué :

« La rencontre de Super League opposant notre Section Féminine à celle du Sporting d’Anderlecht ce vendredi soir a dû être définitivement arrêtée suite à divers affrontements entre pseudo-supporters rivaux.

Notre club condamne avec fermeté ces incidents très violents qui sont allés jusqu’à porter atteinte à la sécurité physique des supporters habituels de ce type de rencontres.

Nous sommes ici à des années lumières des valeurs de passion, de fierté et de ferveur qui sont véhiculées avec force par notre institution.

Notre club est par ailleurs interpellé par l’évolution d’un phénomène qui voit de plus en plus souvent des mouvances « dures » fleurter et même infiltrer certains groupes de supporters du Standard de Liège pour nourrir de sombres desseins et ne peut qu’inviter ses vrais supporters à se démarquer vivement de ces diverses tendances.

Nous étudierons évidemment les différentes mesures possibles afin que de pareils événements ne se reproduisent plus à l’avenir. »

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Si nous le voulons, nous pouvons constituer une coalition de bonne volonté, avec un parlement actif, engagé, et un gouvernement qui doit assumer ses responsabilités
», a dit Charles Michel. on connaît la suite.

    Comment le gouvernement Michel II est tombé

  2. B9715288930Z.1_20180404203914_000+GF5B1CV05.1-0

    Crise gouvernementale: quand va-t-on voter ?

  3. Belga.

    Crise gouvernementale: ces dossiers de la suédoise qui resteront en rade

Chroniques
  • Gilets jaunes: et maintenant on fait les comptes

    Il y a trois semaines, partout où je passais, tout le monde se voulait «gilet jaune».

    Le dernier week-end, au fil de mes pérégrinations, je n’ai rencontré que des anti-«gilets jaunes».

    Il y a trois semaines, des journaux comme Le Figaro ou Le Monde avaient revêtu des gilets jaunes. Ce lundi, sur leurs sites internet, leurs lecteurs respectifs, pour des raisons d’ailleurs opposées, se déchaînent contre les « gilets jaunes ».

    Ainsi risque-t-on de passer d’un extrême à l’autre. Hier, on a outrageusement surévalué et idéalisé un mouvement qui, dans les rues, n’a jamais atteint la dimension qu’on a feint de lui prêter et qui, surtout, comme Christiane Taubira l’a fort bien exprimé dans le Journal du Dimanche, charriait le sublime et l’abject, la chaleur de l’être ensemble et la fureur de l’exclusion de l’autre, le refus de niveaux de vie faisant honte à la vie et l’enfermement dans des bulles de haine...

    Lire la suite

  • Crise gouvernementale: quel désastre pour la politique

    Après trois semaines en absurdie, le Premier ministre a remis hier soir son sort et celui de son gouvernement entre les mains du Roi. Plus rien sur le pouvoir d’achat, plus rien sur le climat et un budget en douzièmes provisoires : la Belgique se retrouve dans une situation irresponsable.

    Le monde politique, après avoir fortement déstabilisé l’opinion publique par des jeux ubuesques, donnait toujours hier soir des signaux très inquiétants. Il continuait à être obsédé par un objectif :...

    Lire la suite