Accueil Monde Afrique

Au Niger, les repentis de Boko Haram entre oisiveté et découragement

Déradicaliser les membres de Boko Haram qui ont accepté de rendre les armes. C’est le pari fou qu’a fait le Niger pour tenter de rétablir la paix dans la région de Diffa, à la frontière avec le Nigeria. Reportage au centre de réinsertion des repentis de Goudoumaria.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 6 min

Deux miradors s’élèvent au-dessus des dunes, à une dizaine de kilomètres de Goudoumaria, dans la région de Diffa, au Niger. Devant la bâtisse, des soldats jouent aux cartes en surveillant les hauts murs surplombés de fils barbelés du centre de réinsertion des repentis, installé ici depuis juin 2017. Dans la cour, une ribambelle d’enfants s’amusent entre les plantations. Les femmes discutent à l’ombre et, plus loin, des hommes jouent au foot. Le plus âgé d’entre eux n’a pas plus de 35 ans. Leurs bras et leurs visages portent des cicatrices. Des scarifications, mais aussi des impacts de bombes ou de balles. Les 237 personnes logées ici ont vécu au sein du groupe djihadiste Boko Haram.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Afrique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs