Accueil Sports Cyclisme

Geraint Thomas: «J’ai vraiment besoin de retrouver une vie normale»

Un peu comme une rock star qui assure la promotion de sa nouvelle galette, Geraint Thomas n’a pas ménagé ses efforts depuis son Tour de France victorieux, fin juillet. En Chine pour le Critérium de Shanghai, sorte de dernière obligation avant la reprise, le Gallois nous a accordé un long entretien. Rencontre exclusive.

Article réservé aux abonnés
Temps de lecture: 11 min

À l’horizon, Shanghai la déroutante conteste à la nuit la noirceur de son intention par la puissance de sa folie électrique quand Geraint Thomas nous rejoint, souriant mais visiblement vidé, dans l’un des salons feutrés d’un palace chinois. Le matin, le Gallois a ressorti son vélo jaune pour tourner les quilles dans la tentaculaire mégapole à l’air étonnamment respirable. Un Critérium, promotion vivante du Tour de France en Asie, où il a contesté le sprint au vert Peter Sagan. Les joies des critériums, assurément… Quelques tours de jantes en carbone où, surtout, le maillot jaune qui enserrait ses épaules a accentué un profil nettement moins affûté qu’en juillet dernier. Loin de la fourberie des chauffeurs de taxi locaux, « G » confesse d’ailleurs aisément qu’il a célébré son Tour avec toute la liesse que telle victoire peut supposer. Pour lui, cette étape dans cette Chine résolument moderne s’érige en ultime obligation avant, il l’espère, de retrouver la quiétude de sa vie d’avant.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Cyclisme

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs