Accueil Opinions Éditos

France-Belgique: cultiver ce qui nous unit

Article réservé aux abonnés
Envoyée permanente à Paris Temps de lecture: 3 min

C’est une visite pratiquement inédite qu’Emmanuel Macron entame ce lundi en Belgique. Inédite, parce que jamais depuis 1971 un président français n’avait fait une visite d’Etat au Royaume. Et encore, le protocole français considère-t-il la visite qu’avait alors effectuée le président Pompidou auprès du roi Baudouin comme une « simple » visite officielle.

Au soir de l’élection d’Emmanuel Macron, le 7 mai 2017, le roi Philippe fut tout simplement le premier à proposer une visite d’Etat au nouveau locataire de l’Elysée. Ce sera, après la Grèce et le Danemark, la troisième visite européenne à ce niveau de protocole pour le président français. C’est dire la force du lien qui lie nos deux pays. Plus de 250.000 Français vivent en Belgique, et plus de 120.000 Belges en France.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Petitjean Charles, lundi 19 novembre 2018, 17:36

    Dernière minute du Palais. Le sujet qui devait être abordé ce lundi 19 novembre 2018, à Gand lors d'une réunion regroupant le Roi et la Reine, le Président Macron et Madame Brigitte, le Premier Ministre Charles Michel, les plus grands, les plus gros, les plus gras des industriels belges, mais surtout flamands : "comme abattre les gilets jaunes et les culottes courtes et anesthésier les insoumis et les récalcitrants de toutes sortes par des moyens stratégiques, médiatiques, violents et "matratiques" au besoin", a été remplacé en urgence par un seul thème : "comment sauver le soldat Carlos Ghosn", le chef tout-puissant de Nissan et qui vient d'être pris la main -pas le doigt- dans la confiture. Des experts en haut banditisme, qui sont déjà intervenus dans l'affaire des tueurs du Brabant avec le succès que l'on sait, ont été dépêchés pour aider les autorités à élaborer un plan d'intervention qui pourrait, selon des sources bien informées, reposer sur la banque centrale européenne, de nouvelles taxes sur la consommation des chicons et des salsifis et la prolongation de l'âge de la pension jusqu'à 77 ans, comme Tintin l'avait pensé lui-même.

  • Posté par Jules Vandeweyer, mardi 20 novembre 2018, 8:28

    M(d)R...

  • Posté par Eric Francart, lundi 19 novembre 2018, 18:14

    :-D :-D :-D

Aussi en Éditos

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs