Accueil Belgique Politique

Le mouvement des gilets jaunes signe-t-il l’échec des syndicats?

En France comme en Belgique, le mouvement des gilets jaunes est né à l’écart des organisations syndicales. Faut-il y voir un désaveu des vieilles structures ou davantage une évolution des modes de contestation ?

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Forum Temps de lecture: 1 min

Côté syndical, Thierry Bodson, le patron de la FGTB wallonne souligne la difficulté parfois de convaincre que la problématique des prix des carburants s’inscrit dans un cahier de revendications nécessairement plus large.

Le directeur du Crisp Jean Faniel attire l’attention sur le constat fait par certains de syndicats en difficultés face à la majorité fédérale.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par Petitjean Charles, mardi 20 novembre 2018, 17:29

    Oui, Monsieur Bodson a raison : le problème abordé par les gilets jaunes -le prix du carburant- est trop restrictif, car, tout étant lié, le prix du carburant est associé au réchauffement climatique, à l'injustice fiscale et sociale, aux salaires toujours compressés, aux restrictions budgétaires, à la toute-puissance des multinationales pétrolières. Le problème est donc global. Mais les gilets jaunes ont raison lorsqu'ils bloquent des points stratégiques qui touchent l'activité économique et les finances de l'Etat. Oui, les gilets jaunes ont raison lorsqu'ils paralysent les grands centres de distribution des produits pétroliers. Soyez sérieux, Monsieur Bodson, cela fait quatre ans que la population et le monde ouvrier particulièrement subissent les attaques sociales violentes venant d'un gouvernement néo-libéral. Et qu'avez-vous obtenu à travers vos manifestations-Jupiler bidons à Bruxelles ? Rien. Nada ? La concertation sociale ? Vous avez constaté pendant quatre ans qu'à chacun de ses échecs le gouvernement a imposé les mesures patronales. Votre vision est sans doute globale, mais vos actions sont inefficaces. Les gilets jaunes vous montrent le chemin. Bloquez la vie du pays pendant une semaine. Je sais ce n'est pas facile : la FGTB est comme tous les syndicats gangrenée par des rivalités corporatistes, par le maintien de situations personnelles privilégiées. Quant à la CSC, elle est inféodée à sa branche flamande, elle-même sous la dépendance du CDNV. C'est pourquoi les gilets jaunes vous mettent sur la touche. Essayez tout au moins de tirer des leçons stratégiques de leur mouvement, le rapport de force, alors seulement, pourra basculer.

  • Posté par Stanislas Prevost, mardi 20 novembre 2018, 16:56

    Quand les syndicats appelle à la manifestations, les citoyens critiquent les syndicats. Ils manifestent contre les augmentations des pris des carburants mais ils achètent des i-phone à 1000€ ou encore cela fume 1 paquet de clope par jour. C'est bien de manifester mais on achète toujours de plus en plus des choses futiles.

  • Posté par Van Wemmel Thierry, mardi 20 novembre 2018, 16:42

    Plus que la faillite des syndicats (qui sont des associations de travailleurs), les gilets jaunes questionnent les politiques (qui représentent des citoyens).

  • Posté par Nica Petre, mardi 20 novembre 2018, 15:51

    Il faut que les syndicats réevaluent leur dégré de mobilisation de la population et de l'impact de leur action. Dans le cas présent le responsable de Total s eveut réassurant en minimisant l'impact du mouvement citoyen. Il n'a plus qu'à radicaliser le mouvement tant en nombre qu'en blocages pour faire en sorte que le gouvernement prend au sérieux les doleances des contestataires. Pour l'instant la presse parlée, écrite et télévisuelle est dans le déni du mouvement et de leurs révendication légitimes en nous montrant avec moultes spécialistes économiques ou financiers que tout va bien madame la marquise et d'ailleurs ne se font que l'écho de la bonne parole de lesieur Michel 1er du nom. De toute façon le mouvement peut être rabaissé dans la presse ou par le gouvernement, Voka et autres FEB, l'important que ce mouvement citoyen devienne européen et d'un ampleur qui va deborder la police et les gouvernements européen. Ce n'est qu'à ce moment que les gouvernement vont enfin prendre leur revendication au sérieux et implémenter quelques mésurettes pour calmer les esprits jusqu'à la prochaine crise plus violente.

Aussi en Politique

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs