Policier attaqué au couteau à Bruxelles: un possible acte terroriste

©EPA
©EPA

Les services antiterroristes tentaient d’établir, ce matin, si l’agresseur de deux policiers, à 5h30 devant le commissariat de la rue Marché-au-Charbon (Bruxelles), était connu comme radicalisé. Le ministre de la Justice Koen Geens a indiqué sur Radio 1 que l’exploitation des bases de données gérées par l’OCAM n’avait rien donné.

Cette attaque au couteau est cependant traitée comme un possible acte terroriste en raison de la cible de l’agresseur. Des témoins auraient également entendu crier « allah akbar » lorsqu’un homme armé d’un couteau s’est jeté sur les deux policiers de faction devant le commissariat central. L’un des deux policiers a été blessé légèrement au cou. Son collègue a ouvert le feu sur l’agresseur, le blessant notamment à la poitrine. Les deux blessés, dont les jours ne sont pas en danger, ont été hospitalisés.

Invités à la prudence

Le suspect serait connu des services de police pour son implication dans des dossiers de trafic d’armes.

La police de Bruxelles a invité ses agents à redoubler de prudence. Cette attaque, qualifiée de « lâche » par le ministre de l’Intérieur Jan Jambon, intervient alors que le président français Emmanuel Macron est en visite officielle en Belgique.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Christophe Collignon.

    Christophe Collignon (PS): «Georges-Louis Bouchez, il veut devenir chef de cabinet au Palais?»

  2. PHOTONEWS_10816652-014

    Auschwitz: quand le progrès industriel exauce la démence d’une idéologie

  3. Pierre-Yves Jeholet, ministre-président de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

    Pierre-Yves Jeholet au «Soir»: «La procédure de renouvellement de Jean-Paul Philippot n’est en rien entravée»

La chronique
  • Impeachment: ce que nous dit le «Monicagate»

    En migrant de l’aile sud à l’aile nord du Capitole, c’est-à-dire de la Chambre des représentants au Sénat, la procédure d’impeachment dont Donald Trump est l’objet est entrée dans le vif du sujet. Plus personne ne l’ignore, ce sont en effet les sénateurs américains qui, in fine, auront à statuer sur le sort du 45e président des États-Unis.

    Même si son issue ne fait guère de doute – en dehors de toute considération sur les charges qui pèsent contre l’accusé : simple rapport de forces politique – ce procès n’en est pas moins un événement. Ce n’est pas chaque année, en effet, qu’un Commander-in-Chief joue ainsi sa tête. Ça n’est même arrivé qu’à deux reprises dans l’histoire.

    La première, c’était en 1868 ; mis en accusation (en gros) pour abus de pouvoir, le président Andrew Johnson fut acquitté à une voix près.

    La seconde, en 1998-1999, lorsque Bill Clinton fut accusé de parjure et d’obstruction à la justice, après s’être empêtré dans ses mensonges lors de la scabreuse affaire Monica Lewinsky...

    Lire la suite