Emmanuel Macron et le roi Philippe ont rencontré des artistes et des entrepreneurs à Molenbeek

©D.R
©D.R

Arrivé lundi pour une visite d’Etat de deux jours, Emmanuel Macron s’est rendu ce mardi matin à Molenbeek. Le couple présidentiel français, le roi Philippe et la reine Mathilde étaient accueillis à l’espace de coworking LaVallée, qui héberge environ 150 jeunes artistes et entrepreneurs des métiers de la culture.

Après avoir participé à une table ronde ouverte avec les représentants de la coopérative de travailleurs SMart, des entrepreneurs hébergés au sein de LaVallée, des représentants de l’incubateur de start-up MolenGeek et de l’espace de coworking Art2Work, les couples présidentiels et royaux se sont entretenus séparément avec des organisateurs et des jeunes impliqués dans d’autres projets associatifs liés à la commune, comme le projet d’initiation aux métiers ToekomstAtelierDeL’avenir (TADA) ou encore la Maison des Cultures de Molenbeek.

Sur le coup de 10h30, le président français a quitté les lieux pour se rendre à Louvain-La-Neuve.

Emmanuel Macron terminera son déplacement en Belgique par une rencontre avec un échantillon des quelque 250.000 Français installés outre-Quiévrain.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
C’est un mépris inacceptable à l’égard du Palais
!
», tonne le constitutionnaliste Marc Verdussen (UCL).

    Crise politique: le Roi tenu à l’écart, quelles conséquences?

  2. Le vice-Premier MR regrette que la N-VA ait changé d’avis sur le pacte migratoire.  Pas de s’être allié avec elle.

    Didier Reynders au «Soir»: «Pas de regret de s’être allié à la N-VA»

  3. 136.000 gilets jaunes ont manifesté ce samedi. Les forces de l’ordre ayant mobilisé un maximum de moyens ont procédé à 1.700 interpellations, dont 1.100 à Paris.

    Macron prépare sa réponse aux gilets jaunes

Chroniques
  • Mémoire aux poubelles, mémoire des poubelles

    Dans son documentaire Un héritage empoisonné, (voir aussi) Isabelle Masson-Loodts (entre autres membre du collectif Huma) établit un parallèle effrayant entre, d’une part, la « gestion » des obus et autres vestiges de la Première Guerre et, d’autre part, la gestion des déchets nucléaires menée par l’ANDRA (l’Agence nationale française des déchets radioactifs, NDLR). En cent ans, le constat n’est pas tant que l’on n’a rien appris ; c’est surtout que les mêmes erreurs sont commises, au nom de la même ignorance, du même cynisme et du même mépris des populations locales.

    La région de la Meuse, dans le nord de la France, permet à la réalisatrice de conforter ce parallèle ; elle a connu les dévastations de la Grande Guerre, les affres du nettoyage des déchets toxiques de cette guerre (obus souvent chargés de produits chimiques, cadavres…), et aujourd’hui, les projets d’enfouissement à plus de 500 mètres sous terre des déchets...

    Lire la suite

  • La souveraineté, cette dangereuse obsession

    S i la question se posait aujourd’hui, la Belgique ne signerait pas la Déclaration universelle des droits de l’homme. » Françoise Tulkens, ex-juge à la Cour européenne des droits de l’homme, est catégorique et en veut pour preuve les dissensions gigantesques qui entourent la signature du pacte migratoire. L’ex-juge souligne l’hostilité actuelle aux textes supranationaux, bien éloignée de l’enthousiasme d’il y a vingt ans.

    ...

    Lire la suite