Eugene V. Thaw, un grand marchand du XXe siècle

Un amateur déboursa 43.750 dollars pour cette aquarelle réalisée par Delacroix vers 1845.
Un amateur déboursa 43.750 dollars pour cette aquarelle réalisée par Delacroix vers 1845. - DR

Son nom revient régulièrement dans les provenances des tableaux importants qui se renégocient sur le marché de l’art. Pourtant, né dans un milieu modeste, rien ne le destinait à la profession de marchand, si ce n’est peut-être ses études en histoire de l’art à l’université de Columbia (New York). Nous sommes au début des années 1950 et le jeune homme va s’intéresser à la vie artistique du moment, particulièrement riche. L’Ecole de New York est en train de naître et Eugene V. Thaw se rapproche de Jackson Pollock grâce à la Betty Parsons Gallery. Après la disparition violente de l’artiste, il se liera d’amitié avec sa veuve Lee Krasner et il corédigera le catalogue raisonné de l’œuvre du maître du dripping. A la mort de cette dernière, en 1984, il fut son exécuteur testamentaire et il sera à l’origine de la Fondation Pollock-Krasner, qui soutient des artistes dans le besoin.

Cette petite peinture par Fragonard a déçu en changeant de main contre seulement 250.000 dollars.
Cette petite peinture par Fragonard a déçu en changeant de main contre seulement 250.000 dollars. - DR

Une ascension rapide

Thaw ouvrit en 1950 sa première galerie dans l’hôtel Algonquin sur la 44e Rue West. A ce moment, il vend ce qu’il peut, tout en essayant de monter en gamme. Il vend des estampes, des dessins, mais pas encore de tableaux, privilégiant déjà certains grands noms. Toujours proche de l’art contemporain, il propose la première exposition solo de Joan Mitchell. Quatre ans plus tard, il se retrouve sur Madison Avenue et, fidèle à son éclectisme, il s’intéresse tant à l’art ancien qu’à l’art moderne et collabore avec d’autres grands marchands new-yorkais comme Leo Castelli et Sidney Janis. Sa clientèle s’étoffe en parallèle et il vend à des musées prestigieux et à de très grands collectionneurs.

Collectionneur

Eugene V. Thaw rassembla une collection personnelle de plus de quatre cents dessins, parmi lesquels des œuvres de Goya, Mantegna, mais aussi Van Gogh, dont il fera don à la Morgan Library de New York. Très tôt, sur les conseils de son épouse, il mit de côté les pièces auxquelles il tenait le plus, évitant de les vendre, un exercice difficile pour un marchand qui doit constamment faire des liquidités pour pouvoir renouveler son stock. Thaw le fit habilement et il parvint ainsi à constituer un ensemble remarquable.

Bien que quelques œuvres plus importantes furent incluses dans les grandes ventes de la semaine dernière et malgré la présence en début de vente de quelques tableaux qui eurent du mal à convaincre, les pièces confiées à Christie’s faisaient plus partie du quotidien du couple Thaw que de leurs collections… Cela n’empêcha pas la maison de ventes du Rockefeller Center de consacrer un catalogue à cette vacation qui se tint le 30 octobre dernier.

Ce bronze attribué à Giambologna fut vendu 588.500 dollars à la surprise générale.
Ce bronze attribué à Giambologna fut vendu 588.500 dollars à la surprise générale. - D.R.

Liquidation

Si ce n’était la surprise des 588.500 dollars acquittés pour un bronze attribué à Giambologna et prudemment estimé entre 40.000 et 60.000 dollars, l’on ne peut pas écrire que l’excitation fut au rendez-vous. Les deux autres seules enchères à six chiffres vont, pour la première, à un petit tableau de Fragonard échangé contre 250.000 dollars, à moins de la moitié de son estimation basse et, pour la seconde, à un casque grec en bronze du VIe siècle avant notre ère. Payé 162.500 dollars, il a quant à lui plus que doublé son estimation haute.

Pour le reste, la vente comportait du mobilier ancien, mais aussi des objets d’art ancien et des dessins. Si le mobilier ne fut pas facile à défendre, quelques belles feuilles furent reconnues à leur juste valeur comme cette aquarelle réalisée par Delacroix vers 1845 et pour laquelle un amateur déboursa 43.750 dollars sur la base d’une estimation courant entre 30.000 et 50.000 dollars. Bref, une vente aux résultats en demi-teintes qui avait plus un goût de liquidation que d’hommage…

Le 30 octobre, un dollar valait 0,8816 euro.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Les derniers vrais grands accords en Belgique datent de la fin des années nonante. Depuis, ce pays est complètement paralysé.
» © Dominique Duchesnes.

    Hendrik Vuye: «Vous avez eu Leterme, puis De Wever, demain vous aurez Van Grieken…»

  2. MELANIE DEBIASIO ©DOMINIQUE DUCHESNES

    Les Racines élémentaires de Melanie De Biasio: «J’ai perdu ma voix, j’ai vécu le pire, ça m’a rendu forte»

  3. Cette Congolaise de 36 ans, Kavugho Mbafumoja, ici à l’hôpital général de Beni ce 3 décembre, a survécu à une attaque d’un groupe armé.

    L’est du Congo, nouvelle cible du combat djihadiste

La chronique
  • Dans la hotte de saint Nicolas :{couques}, {nicnacs} et {spéculoos}

    Pour nombre d’entre nous, le 6 décembre fait revivre des souvenirs dont l’évocation suffit à nous convaincre que les enfants sages d’antan étaient bien différents de ceux d’aujourd’hui. Pourtant, même si le contenu de la hotte du grand saint a bien changé, il recèle quelques indémodables qui suscitent chez petits et grands un même élan de gratitude vis-à-vis de ce mystérieux visiteur à qui l’on pardonne bien volontiers son intrusion d’un soir. Dans le sillage de celui-ci, cette chronique vous offre quelques friandises linguistiques qui ont bravé les décennies, tout comme les réalités qu’elles désignent.

    Une couque de Dinant, pas de Reims

    Pas de hotte de saint Nicolas sans couque, gourmandise lexicographique de solide consistance. Une couque bien différente de ces pâtisseries à base de pâte briochée que sont, en Belgique, la couque suisse et la couque au beurre (avec ses déclinaisons aux raisins et au chocolat). Il s’agit d’un pain d’épices à pâte très ferme, ce qui...

    Lire la suite

  • Question à la N-VA: pourquoi se rendre détestable?

    Stop Khattabi » en lettres capitales noires sur fond jaune, avec pour suivre « Pas d’activiste qui puisse contrecarrer les décisions de justice à la Cour constitutionnelle ». Le tout à côté du visage de l’ex-coprésidente d’Ecolo, érigée par la N-VA en ennemie publique numéro un.

    Cette campagne « ad feminam » sur Twitter est pour commencer totalement déplacée alors qu’il existe un Parlement pour...

    Lire la suite