Design en solo

Cent soixante-deux lots composent la vacation de ce dimanche 25 novembre chez Cornette-Bruxelles : une vente exclusivement consacrée au design des XXe et XXIe siècles, qui s’ouvre par un bel ensemble de 18 pièces d’argenterie française, italienne, allemande et scandinave, dont une sélection de pièces de formes, une ménagère pour huit personnes de la main de Harald Nielsen pour Georg Jensen (estimation 5.000 à 7.000 euros) et une paire de coupes en argent de la maison Wolfers (datées de 1893-1897 et estimées à 1.500-2.000 euros).

148. Gaetano Pesce. Etagère bois décoré à la main. 9.500 / 12.000 euros.
148. Gaetano Pesce. Etagère bois décoré à la main. 9.500 / 12.000 euros. - mcdm.

En mobilier, on peut y voir une très belle sélection de meubles italiens traversant le XXe siècle : pour les années 1930, une enfilade éclairante de Gaetano et Osvaldo Borsani (de 10.000 à 15.000 euros) dont la richesse et le contraste des matériaux accentuent la personnalité. Corps en noyer et parchemin, poignées en cerisier, portes coulissantes en verre, métal nickelé, verre opalin et noir. De Charles et Ray Eames, une table en palissandre et fonte d’aluminium des années 1950 (de 1.500 à 2.000 euros). Originale, une suite de six tables gigognes formant un cube, en palissandre et acier chromé, signée Poul Norreklit et datée du début des années 1960 (de 1.000 à 2.000 euros). De la même époque, une suite de quatre fauteuils en teck et tubes d’acier chromé d’Arne Jacobsen (de 1.500 à 1.800 euros), et une suite de six chaises similaires (de 1.800 à 2.000 euros). Les années 1970 sont représentées par le fameux fauteuil en cuir « Gant de baseball – Joe » de Depas-D’urbino-Lomazzi (de 4.800 à 6.000 euros) et par une table basse « Barcelona » en acier chromé et verre de Ludwig Mies Van Der Rohe (de 500 à 700 euros). Pour les années 1980, une intrigante étagère peinte à la main, avec un système à abattants, par Gaetano Pesce (une édition limitée à quelques exemplaires, estimée entre 9.500 et 12.000 euros) et qui fait la couverture de la vente. Un de ses fauteuils pour enfant, datant de 1998 et limité à 40 exemplaires, est également présenté (de 800 à 1.000 euros). Des années 1990, des réalisations en petites séries d’Andréa Branzi (notamment un couple de vases en fonte d’aluminium, entre 2.000 et 2500 euros). On trouvera aussi des pièces plus récentes comme une belle série de vases en grès d’Ettore Sottsass (trois vases magnifiquement pigmentés de 2003, limités à 20 exemplaires et estimés à 800-1.000 euros).

44. Paavo Tynell. Lampadaire. 3.000 / 4.000 euros.
44. Paavo Tynell. Lampadaire. 3.000 / 4.000 euros. - mcdm

Raretés décoratives

Les luminaires ne sont pas en reste ! Quelques élégants modèles scandinaves de Paavo Tynell sont présentés, avec un coup de cœur pour une paire d’appliques en laiton de 1950 (entre 5.000 et 7.000 euros). Un modèle unique réalisé sur mesure du lampadaire « Angel Wing » d’Alvar Aalto (estimation 8.000 à 10.000 euros) sera également de la partie et voisinera avec une rare et ancienne paire de lampes d’Arne Jacobsen réalisée pour l’hôtel SAS à Copenhague. Mentionnons aussi un élégant ensemble de salle à manger de George Nakashima, composé d’une table en cerisier et de six chaises (entre 15.000 et 18.000 euros), une chaise longue réalisée pour Hermès en bois fruitier et lanières de cuir ou encore quelques belles réalisations contemporaines de Pol Quadens (une table de salle à manger estimée entre 8.000 et 9.000 euros) et Nathalie Dewez (une paire de suspensions entre 1.200 et 1.500 euros, et une lampe à poser autour de 600-800 euros, le tout en tubes d’aluminium laqués).

Vente de design des XXe et XXIe siècles, exposition publique du jeudi 22 au dimanche 25 novembre de 11 à 18 h (12 h le dimanche), vente le dimanche 25 novembre à 14 h 30, Maison de ventes aux enchères Cornette de Saint Cyr, chaussée de Charleroi 89, 1060 Bruxelles, 02-880.73.80, www.cornettedesaintcyr.be

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Aux éditions Weyrich, Hugues Wenkin et Christian Dujardin réexpliquent l’importance du front nord dans l’issue de la bataille des Ardennes. © Dominique Duchesnes.

    75 ans de la bataille des Ardennes: pourquoi ce fut aussi la bataille des ponts

  2. Les avocats d’Albert II, Me Alain Berenboom et Me Guy Hiernaux

    L’avocat d’Albert II sort du silence: «Il n’a jamais considéré Delphine comme sa fille»

  3. Les racines de Pierre Wynants sont place Rouppe, où la prodigieuse cave compte pas moins de 25.000 bouteilles. Son petit-fils Loïc y travaille en salle et comme sommelier.

    Les racines élémentaires de Pierre Wynants: «J’ai été viré de l’école, ça a été ma chance»

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Le roi, l’enfant et la justice

    A l’entame de la procédure, lorsqu’en 2013 Delphine Boël saisit les tribunaux pour contester la paternité de Jacques Boël et se faire reconnaître fille d’Albert II, d’aucuns se sont interrogés sur l’indépendance de la Justice dans pareil contexte : un ex-Roi traîné devant les juges pour se voir contraint de reconnaître l’existence d’une fille naturelle présumée. Lesdits juges oseraient-ils tenir tête à ce roi venant d’abdiquer, le forcer à réaliser un test...

    Lire la suite