Communales 2018: le collège ixellois est connu

Le futur bourgmestre, Christos Doulkeridis. ©Olivier Polet/Le Soir
Le futur bourgmestre, Christos Doulkeridis. ©Olivier Polet/Le Soir - Olivier Polet

Les partenaires de la future majorité ixelloise Ecolo/PS se sont accordés sur la composition du collège échevinal qui entrera en fonction le 6 décembre prochain. Les verts se sont réunis lundi en Assemblée générale. Sans surprise, c’est bien sûr l’écolo Christos Doulkeridis qui prendra les rênes de la commune en lieu et place de la bourgmestre sortante, Dominique Dufourny (MR). Du côté des verts qui s’emparent de 5 échevinats, c’est l’expérimenté Yves Rouyet qui devient échevin du Patrimoine, du Bien-être animal mais aussi de l’Urbanisme et de la Mobilité, deux dossiers on le sait, extrêmement sensibles.

Le détail du collège

Cheffe de groupe sortante et enseignante de formation, Audrey Lhoest chapeautera l’Environnement-Climat, les Affaires sociales, les Seniors, la Santé, le Tourisme et le paquet Commerce-Développement économique-Marchés-Evénements.

Fort d’« Une longue pratique professionnelle dans la formation, l’associatif, la solidarité internationale et la petite entreprise » et très actif dans le milieu artistique, Ken Ndiaye sera échevin de la culture.

Juriste-fiscaliste de formation et travaillant dans le secteur des ressources humaines, Els Gossé (Groen) sera l’échevine des Affaires néerlandophones (culture et enseignement), de l’Europe, de la Vie de quartier, de l’Economat et de la Centrale d’Achat.

Anaïs Camus qui a mené des études en sciences politiques à Montréal et à Londres avant de devenir assistante à l’ULB veillera sur les compétences Petite enfance et Crèches, Propriétés communales et Transports.

Signalons enfin que le futur bourgmestre a aussi décidé de confier à Nora Bednarski, candidate d’ouverture issue de la société civile ixelloise, « une mission particulière ayant pour objet d’animer en tant que conseillère communale le processus démocratique de transition écologique de la commune ».

Du côté du partenaire socialiste

Le partenaire socialiste où le casting était déjà connu, disposera, lui de quatre échevinats mais aussi de la présidence du CPAS qui sera assurée par Hassan Ghegdani. Le chef de file Béa Diallo devient échevin des Sports, du Personnel communal ; Jeunesse et sans doute aussi des Finances. L’échevine sortante et seule femme de l’équipe PS locale, Caroline Désir prendra en charge l’Instruction publique, la Rénovation urbaine et les Affaires juridiques. Restera-t-elle pour autant au sein du collège ou cédera-t-elle aux sirènes régionales en mai prochain ? La question reste pendante. « Les règles concernant le décumul sont claires et je les respecterai bien évidemment, je devrai donc faire un choix mais celui n’est pas encore arrêté », précise la socialiste qui n’exclut pas de figurer sur les listes régionales et de prendre position après le scrutin. « Mais j’ai de belles compétences au sein du collège, ce qui rajoute à mon hésitation », pointe-t-elle.

Romain De Reusme conservera les Travaux publics et l’Egalité des chances alors que Nabil Messaoudi s’occupera de la Propreté publique et de la cohésion sociale.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les serres ne sont ouvertes que jusqu’au 10 mai prochain.

    Promenade royale au milieu des arbres bicentenaires

  2. Selon l’IAAF, qui s’appuie sur une étude scientifique indépendante, la surproduction de testostérone rendrait Semenya quasiment imbattable par ses collègues féminines.

    Caster Semenya est-elle trop rapide pour être une femme?

  3. Camille Pisani
: «
Je pense que la moitié de nos problèmes viennent des coupes budgétaires et l’autre moitié du fait qu’on ne peut pas agir d’initiative.
»

    Pisani: «Il faudrait refinancer l’Institut des sciences naturelles de 30%»

Chroniques
  • Avec «tel», il faut viser juste

    En point de mire

    La cible de cette chronique est un monosyllabe, tel, qui cumule les emplois : adjectival, pronominal, nominal et même conjonctif pour certains. D’où quelques soucis pour les adeptes d’un français académique, parfois malmené par l’usage. Tentons donc d’y voir clair avant d’ajuster le tir.

    L’emploi de tel comme adjectif qualificatif ne pose pas de problème : de telles rencontres te grandissent ; nous n’attendions pas de tels orages. Pas plus de tracas lorsque tel est pronom, dans un registre littéraire : tel exige un confort royal, tel autre se contente du minimum  ; tel est pris, qui croyait prendre. Pas davantage avec les emplois nominaux :...

    Lire la suite

  • Un renouvellement électoral qui en appelle d’autres

    Un vent de changement semble soulever les feuillets des listes électorales. En l’espace de cinq ans, une législature, sept noms sur dix y ont été, en moyenne, biffés et remplacés par d’autres. Quand on observe les places « gagnantes », le chiffre est tout de suite moins impressionnant. A l’exception notable du PTB et de Défi, le renouvellement ne concerne plus qu’un candidat sur six, quand ce n’est pas un sur dix.

    ...

    Lire la suite