Les «gilets jaunes» se relaient pour continuer le blocage à Namur

Le blocage de «
gilets jaunes
» à Wandre (Liège) ©Dominique Duchesnes
Le blocage de « gilets jaunes » à Wandre (Liège) ©Dominique Duchesnes

Les «gilets jaunes» se relayaient toujours mardi matin devant le dépôt de Proxifuel à Wierde (Namur) pour continuer le blocage. Une dizaine de personnes était sur place et au total, une quarantaine poursuivrait la mobilisation.

«Certains avaient besoin d’une bonne nuit de sommeil au chaud mais nous irons jusqu’au bout», a déclaré le porte-parole du mouvement, Marc-Henry Jamin. «Nous ne lèverons pas le camp tant que le gouvernement ne nous fera pas de propositions concrètes». «Cela ne concerne pas que les prix des carburants mais bien toute la politique fiscale automobile, les prix du mazout de chauffage ou encore de l’électricité», a-t-il ajouté.

Les manifestants namurois ont aussi affirmé que le site de Wierde contenait bien du carburant qui pourrait servir à alimenter les pompes à essence, ce qui justifie leur blocage. Lundi, Pascal de Crem, porte-parole de Total Belgium, avait déclaré ne pas comprendre pourquoi ce site était bloqué, alors qu’il ne contient que du mazout de chauffage, du gasoil extra et du diesel destinés aux clients industriels dans les cuves. Chaque camion est toujours contrôlé et les véhicules qui sortent avec du mazout de chauffage sont autorisés à passer.

Total avait par ailleurs indiqué que le site ne serait plus réapprovisionné. Selon les gilets jaunes, c’est également faux, puisqu’ils ont encore laissé entrer plusieurs camions qui venaient livrer du mazout de chauffage mardi matin.

M. Jamin insiste aussi sur le fait que les manifestants ne cautionnent pas les débordements qui ont eu lieu à Feluy. «Nous sommes un mouvement pacifique», a-t-il affirmé. Néanmoins, la manière de faire de la police n’a pas plu au porteur de voix des contestataires namurois. «Charger des manifestants avec une autopompe alors qu’ils reculent, c’est insensé», s’est-il exclamé.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le plan prévoit de faire passer la part des énergies vertes dans la consommation énergétique finale de 8,65
% en 2016 à 18,4
% en 2030.

    Voici les contours du plan énergie-climat belge

  2. Hirokazu Kore-eda le plus important des cinéastes japonais vivants recevait la Palme d’or en mai 2018.

    Le cinéma japonais, polymorphe et fascinant

  3. Avec leurs installations faites de palettes récupérées, les créateurs du projet «
Design for everyone
».

    Des justiciers urbains contre les bancs anti-SDF à Bruxelles

Chroniques
  • Gilets jaunes: c’est la faute à Rousseau

    Les gilets jaunes forment un phénomène inédit, typiquement contemporain. Ce phénomène possède plusieurs couches de signification, qui ne sont pas seulement politiques et sociales : on pourrait également l’aborder sous l’angle de l’individualisme qui travaille notre société. Mais on peut aussi y voir un écho de voix plus anciennes, en particulier celle de Rousseau. Les gilets jaunes rejouent à leur manière le Contrat social, ce qui n’est pas un hasard puisque Rousseau, théoricien radical de la démocratie, était aussi un grand individualiste.

    Tout commence par une redécouverte, celle de la faille du système représentatif, formulée par Rousseau dans des termes cinglants à l’encontre du prototype de la démocratie parlementaire : «  Le peuple anglais pense être libre, il se trompe fort ; il ne l’est que durant l’élection des membres du Parlement : sitôt qu’ils sont élus, il est esclave, il n’est rien. Dans les courts moments de sa liberté, l’usage qu’il en fait mérite bien qu’il la perde.  »...

    Lire la suite