Wandre: les casseurs dispersés, les gilets jaunes toujours sur place

Edition numérique des abonnés

Les casseurs qui se trouvaient à Wandre mardi soir ont quitté les lieux après l’intervention des policiers de la zone, de la police fédérale et des pompiers de Liège, a indiqué en fin de soirée la zone de police liégeoise. A 23h00, la situation s’était rétablie.

Il était près de 21h20 mardi quand la zone de police de Liège a été informée d’un rassemblement d’une cinquantaine de personnes cagoulées et vêtues de noir aux alentours du port pétrolier de Wandre.

Ces individus, qui ne font pas partie du mouvement citoyen des gilets jaunes, ont été surpris en train de mettre le feu à des palettes en travers de la bretelle de sortie de Wandre sur la E25 vers Liège ainsi que sur la bretelle d’accès de la même autoroute en direction de Maastricht.

Relevé d’identité

Prévenus, les policiers liégeois se sont dès lors rendus sur place en compagnie des pompiers de Liège mais également de la Police fédérale. Les forces de l’ordre ont ainsi signalé et bloqué en amont la bretelle d’autoroute pendant que les hommes du feu s’occupaient d’éteindre les brasiers allumés par les casseurs.

« Nos services ont ensuite remarqué la présence d’un groupe d’une trentaine de personnes qui se trouvait disséminé à proximité du site et clairement à l’écart des gilets jaunes », a commenté mardi soir la zone de police de Liège qui a procédé au contrôle d’identité de ces différents individus.

« Ceux qui ne disposaient pas de documents d’identité ont été amenés à l’hôtel de police, non pas pour procéder à leur arrestation mais toujours dans le but de relever leurs identités. Les mineurs d’âge ont quant à eux été ramenés à leur domicile par nos agents. »

A 23h00, la situation était donc sous contrôle à Wandre où de véritables participants au mouvement des « gilets jaunes » sont toujours sur place. Ceux-ci ont d’ailleurs établi un barrage filtrant sur l’avenue de l’Indépendance. Du côté de Sclessin, les manifestants ont, pour leur part, bloqué la rue Ernest Solvay à l’aide de palettes à hauteur de l’entrée du site pétrolier.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS FEDERAL GOVERNMENT MICHEL TO KING

    Après un mois de crise, le Roi reprend la main

  2. «
Si nous le voulons, nous pouvons constituer une coalition de bonne volonté, avec un parlement actif, engagé, et un gouvernement qui doit assumer ses responsabilités
», a dit Charles Michel. on connaît la suite.

    La courbe fatale de Charles Michel

  3. B9715288930Z.1_20180404203914_000+GF5B1CV05.1-0

    Crise gouvernementale: et quand va-t-on voter ?

Chroniques
  • Gilets jaunes: et maintenant on fait les comptes

    Il y a trois semaines, partout où je passais, tout le monde se voulait «gilet jaune».

    Le dernier week-end, au fil de mes pérégrinations, je n’ai rencontré que des anti-«gilets jaunes».

    Il y a trois semaines, des journaux comme Le Figaro ou Le Monde avaient revêtu des gilets jaunes. Ce lundi, sur leurs sites internet, leurs lecteurs respectifs, pour des raisons d’ailleurs opposées, se déchaînent contre les « gilets jaunes ».

    Ainsi risque-t-on de passer d’un extrême à l’autre. Hier, on a outrageusement surévalué et idéalisé un mouvement qui, dans les rues, n’a jamais atteint la dimension qu’on a feint de lui prêter et qui, surtout, comme Christiane Taubira l’a fort bien exprimé dans le Journal du Dimanche, charriait le sublime et l’abject, la chaleur de l’être ensemble et la fureur de l’exclusion de l’autre, le refus de niveaux de vie faisant honte à la vie et l’enfermement dans des bulles de haine...

    Lire la suite

  • Crise gouvernementale: quel désastre pour la politique

    Après trois semaines en absurdie, le Premier ministre a remis hier soir son sort et celui de son gouvernement entre les mains du Roi. Plus rien sur le pouvoir d’achat, plus rien sur le climat et un budget en douzièmes provisoires : la Belgique se retrouve dans une situation irresponsable.

    Le monde politique, après avoir fortement déstabilisé l’opinion publique par des jeux ubuesques, donnait toujours hier soir des signaux très inquiétants. Il continuait à être obsédé par un objectif :...

    Lire la suite