Inami: la Fédération des étudiants francophones dénonce la mise en place d’une attestation de contingentement

©D.R
©D.R

Instaurer des attestations de contingentement en fin d’études de médecine et de dentisterie serait «assez honteux», réagit mercredi matin Maxime Michiels, président de la Fédération des étudiants francophones (Fef). La ministre de la Santé publique, Maggie De Block, a annoncé mardi à la Chambre préparer un arrêté royal dans ce sens: les futurs médecins (à partir de 2025) et dentistes (à partir de 2024) n’obtiendront une place de stage et un numéro Inami que s’ils détiennent cette fameuse attestation.

«Ce que nous dénonçons depuis plusieurs années est que ce système (de contingentement, ndlr) est mauvais pour tout le monde», souligne Maxime Michiels. Limiter la délivrance des numéros Inami, qui permet aux médecins et dentistes de facturer leurs prestations à l’assurance maladie, est «absurde» pour la Fef. «Ce système est mauvais pour les étudiants qui sont une nouvelle fois plongés dans l’incertitude, pour ceux qui veulent entamer des études de médecine et en sont empêchés mais aussi pour toute la population car plus de 200 communes au sud du pays se trouvent dans une situation de pénurie», pointe M. Michiels.

Verrou supplémentaire

L’annonce de ce verrou supplémentaire en fin d’études fait suite aux résultats de l’examen d’entrée 2018 qui a vu 1.138 lauréats en médecine pour un peu moins de 600 numéros Inami disponibles. «En soi, c’est une bonne chose que beaucoup de jeunes veulent devenir médecins pour soigner leurs concitoyens car cela répond à un besoin collectif», estime le président de la Fef. «Mais on les empêche de le faire et c’est profondément absurde

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Avec 44,6
% des voix, Georges-Louis Bouchez devance nettement Denis Ducarme, 25,1
%. Mais un duel les attend désormais.

    Présidence du MR: Bouchez a convaincu le sommet, pas assez la base

  2. j-accuse.20191101014130 (1)

    Jean Dujardin au «Soir»: «C’est très français, la xénophobie»

  3. Origi et Praet jouent peu avec les Diables rouges. Ils pourraient profiter des deux matchs à venir pour accumuler un peu de temps de jeu.

    Plusieurs Diables rouges lancent leur sprint final pour l’Euro

La chronique
  • La radicalité ordinaire, on commence à s’y habituer au lieu de s’en étonner

    Dans mes dernières chroniques, j’ai évoqué à plusieurs reprises une montée en puissance des revendications citoyennes dans le champ politique. Elle se traduit notamment par des bras de fer avec le pouvoir, par des tentatives de faire plier les autorités, de les contraindre à abandonner un projet ou une décision ou, à l’inverse, de les forcer à légiférer dans un sens précis, à exécuter un ordre venu de la rue ou d’un collectif de citoyens.

    Les stratégies utilisées pour atteindre de tels objectifs sont multiples, et plus ou moins légales selon les cas ; les sujets concernés sont infiniment variés ; les citoyens impliqués, enfin, s’organisent de différentes manières, plus ou moins structurées, plus ou moins dépendantes des réseaux sociaux. Mais ce qui frappe, surtout dans un pays habitué à voir la société civile s’exprimer, c’est la radicalité accrue de nombreuses revendications, la jeunesse, souvent, de celles et ceux qui les portent, et la détermination avec laquelle les citoyens tentent d’obtenir gain...

    Lire la suite

  • Augmenter le salaire minimum, en se montrant visionnaire

    Travailler, juste pour survivre. C’est ce que dénoncent les défenseurs d’une hausse du salaire minimum. Et à la lecture des portraits que nous publions ce matin, on peut difficilement leur donner tort. Les salariés dont la rémunération se situe au niveau du plancher interprofessionnel, ainsi que tous ceux dont le revenu mensuel s’en approche, vivent une existence où le début du mois est un répit et où les maigres marges précieusement épargnées servent à prévenir le prochain coup dur, la prochaine grosse facture. C’est un salaire de la peur...

    Lire la suite