L’immobilier à la côte belge met la pédale douce

Le nombre de transactions immobilières a baissé au cours des six premiers mois 2018.
Le nombre de transactions immobilières a baissé au cours des six premiers mois 2018. - roger milutin.

Les notaires viennent de publier leur baromètre de la côte belge. Sur les six premiers mois de l’année 2018, on constate une diminution des ventes (de maisons et d’appartements) de 3,5 % (par rapport au premier semestre 2017).

En clair, l’immobilier côtier suit la tendance au niveau national, particulièrement en Flandre où les acheteurs sont restés inactifs dans l’attente des nouveaux droits d’enregistrement (qui sont entrés en vigueur le 1er juin).

Ceci dit, toutes les communes ne doivent pas être logées à la même enseigne. Heist-aan-Zee a ainsi vu son activité augmenter de 15 %, là où Knokke a vu son nombre de transactions chuter de manière vertigineuse (-10,5 %). « Au premier semestre 2017, Knokke avait connu une forte hausse du nombre de transactions, ce qui rend la chute de cette année compréhensible », tempère à ce sujet Bart Van Opstal, le porte-parole du notariat belge.

Il est bon d’expliquer ici que ces chiffres doivent être relativisés. Une commune qui voit un gros projet immobilier sortir de terre a plus de chances de voir son activité immobilière augmenter qu’une commune où rien ne s’est construit.

Au niveau des prix, les notaires enregistrent pour la première fois depuis 2014 un prix moyen pour un appartement à la baisse (-1,4 %) : 261.295 euros. Notons que ce prix s’applique aussi bien aux appartements neufs qu’existants, mais les studios ne sont pas repris dans cette analyse.

Les appartements les plus chers restent situés à Knokke (prix moyen fixé à 473.207 euros), Heist-aan-Zee (366.155 euros) et Nieuport (278.982 euros). Les moins chers se trouvent à Westende, La Panne et Middelkerke où les acheteurs ont déboursé 200.000 euros.

Ceci n’empêche pas une catégorie de biens de voir ses prix augmenter : les appartements situés sur la digue. Le prix moyen s’établit aujourd’hui à 327.583 euros, soit une croissance de 0,7 % par rapport à 2017. C’est aussi 66.000 euros de plus que le prix moyen d’un appartement dans toutes les stations balnéaires.

Le prix moyen d’un bien avec vue sur mer oscille entre 220.000 et 690.000 euros (à Knokke, encore et toujours). A Ostende et Coxyde, les prix moyens d’un appartement sur la digue ont fortement augmenté. Dans la première ville, il faut désormais débourser 307.386 euros (+14,2 %). C’est la première fois que la barre des 300.000 euros est dépassée. A Coxyde, comptez 281.789 euros (+12,8 %).

Après les chiffres records de 2017, Blankenberge a vu ses indices chuter au cours des six premiers mois de l’année.

Enfin, bon à savoir (ou à rappeler) : les frais liés à un appartement situé sur la digue sont plus élevés que ceux d’un bien situé en retrait. La surtaxe est la plus élevée à Knokke et à Ostende avec respectivement +45,8 % et +43,9 % du prix normal (mais +9 % seulement à Coxyde).

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • Une maison à Dour.

    Par Jean-Christophe de Wasseige

    Immo

    Le top 3 des communes wallonnes les moins chères

  • Dans la tour Ekla, du nom de la bière qui fut brassée sur le site en 1958, Inclusio dispose de 20 logements répartis en 3 étages.

    Logements sociaux avec vue

  • d-20160902-G9RLQV 2019-10-16 09:59:27

    Coronavirus: qu’en est-il des loyers?

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS CORONA VIRUS SPEECH PRIME MINISTER

    La Première ministre a composé son groupe d’experts «déconfinement»

  2. d-20200330-GFP77H 2020-04-03 23:20:03

    Coronavirus: ville ou campagne, la police ne verbalise pas de la même manière

  3. d-20200324-GFMCGZ 2020-03-24 19:50:40

    Coronavirus: des plaintes contre les médecins? Mais non, les aînés ne sont pas abandonnés

La chronique
  • Repenser la ville, en mieux

    C’est une autre ville.

    Une zone dans laquelle les murs trop étroits et trop pourris n’ont jamais semblé aussi inhabitables. Du béton qui ramène toujours plus à la prison. Une exiguïté qui frise désormais l’insupportabilité. Un bâti sans pitié pour le vide qui aère, le vert qui détend, le calme qui apaise.

    Un territoire où le piéton prend désormais toute la place, on lui a même donné la priorité des feux, pour qu’il ne doive pas patienter trop longtemps (quarante secondes gagnées pour traverser la rue Belliard) ni solliciter un passage en pressant sur un bouton devenu suspect. On lui a même libéré des rues, sans motif scolaire, et réservé un Bois, dont il ne doit partager les anneaux qu’avec les cyclistes, les skateurs.

    Un environnement où l’urbain a perdu l’un de ses deux sens. La courtoisie se mesure à la distance que l’on met avec son voisin de file ou de trottoir. La civilité commande de ne pas parler au livreur ganté et masqué et de crier par-dessus les balcons plutôt que de se retrouver au pied du mur....

    Lire la suite

  • Déconfiner, une partie d’équilibrisme qui ne souffrira pas l’échec

    Nous devons plancher dès à présent sur un scénario de sortie de crise », déclarait jeudi à la Chambre Sophie Wilmès, annonçant qu’un groupe d’experts va s’atteler à préparer « un déconfinement progressif ». Ce comité qui intégrera des personnes issues du monde économique et social sera cependant « présidé par une personne issue du monde scientifique. Car ce sera toujours la santé, d’abord… »

    La précision est capitale.

    Déconfiner, mais...

    Lire la suite