Gilets jaunes: la Région wallonne portera plainte pour les dégâts causés

Gilets jaunes: la Région wallonne portera plainte pour les dégâts causés

La Région wallonne portera plainte contre les auteurs des dégâts occasionnés aux infrastructures routières en marge des blocages organisés ces derniers jours par les «gilets jaunes», a affirmé le ministre wallon en charge des Travaux publics, Carlo Di Antonio (cdH), interrogé en séance plénière du Parlement de Wallonie par Fabian Culot (MR).

«J’ai chargé le SPW et la Sofico - la Société wallonne de financement complémentaire des infrastructures - d’entamer la procédure pour le dépôt d’une plainte contre X. Nous serons fermes et nous porterons plainte contre les responsables des dégâts causés aux infrastructures afin de récupérer l’argent de la collectivité», a assuré le ministre.

Ces dégâts, sur les sites de Feluy, de Wandre et de Sclessin, notamment, sont actuellement en cours d’évaluation. «Nous sommes en train de réaliser des estimations et de voir quels travaux urgents doivent être effectués», a encore indiqué Carlo Di Antonio.

Lancé en France en réaction à l’augmentation du prix des carburants à la pompe, le mouvement des «gilets jaunes» s’est étendu à la Wallonie où différents blocages de sites pétroliers et d’autoroutes ont été organisés.

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. ©News

    Anderlecht: lettre aux aveugles selon l’évangile de Saint-Vincent

  2. Les arrestations ne sont pas indicatrices du nombre de migrants en transit
: certains migrants ont pu être interpellés dix fois sur l’année, d’autres jamais.

    Le nombre d’arrestation de migrants en transit en hausse de 37% en 2018

  3. Applaudi par ses ministres et les députés de la majorité, Charles Michel quitte la Chambre, son porte-documents à la main. C’était le 18 décembre 2018. © Belga.

    Un an après, les coulisses de la démission de Charles Michel

La chronique
  • Champagne ou Kidibul?

    Chez Elio D., on se frotte les mains. Le fils prodige a jeté l’éponge. C’est pas demain la veille qu’on effacera des tablettes le joli nom du dernier premier ministre socialiste wallon. Le dernier et peut-être l’ultime comme le lui a promis Père Noël – dont les promesses n’engagent que ceux qui y croient.

    Chez Paul M., on débouche aussi le Kidibul. Pendant un mois de mission royale, le fiston a prouvé, à défaut de mettre sur pied un gouvernement, qu’il était désormais le seul chef rouge et même qu’il occupait tout l’espace francophone.

    Rue de Naples, avec l’arrivée du fils prodigue, on se prépare à tuer le veau gras. Grâce à lui, les Bleus ont retrouvé leurs couleurs. Président, informateur, tout s’emballe. Dans la foulée, il a déjà promis au roi de glisser sous son sapin, un gouvernement pesé, emballé (cadeau) et ficelé. Georges L.B. en sera à la fois le Premier, comme son papa Charles M., et le vice-Premier et ministre des Affaires étrangères, comme son oncle Didier....

    Lire la suite

  • Allez, allez, une seule issue: oser le schwung!

    On ne peut pas dire que les planètes sont bien alignées pour la petite Belgique. Cela fait un an que nous sommes sans gouvernement, six mois qu’on a voté, avec deux nouveaux informateurs qui tentent de trouver une sortie de crise – le Graal, on n’y croit plus – et le sondage que nous publiions ce week-end donnait pour la première fois de notre histoire une domination des partis nationalistes séparatistes dans le groupe linguistique néerlandophone qui pèse désormais près du tiers du Parlement fédéral.

    ...

    Lire la suite