Limitation des demandes d’asile: «De l’incompétence organisée», selon la Plateforme citoyenne

Limitation des demandes d’asile: «De l’incompétence organisée», selon la Plateforme citoyenne

La limitation du nombre d’enregistrements de demandeurs d’asile à 60 voire 50 par jour maximum, appliquée depuis jeudi par l’Office des étrangers, provoque une saturation anticipée du réseau d’accueil, estime vendredi Mehdi Kassou, porte-parole de la Plateforme citoyenne de soutien aux réfugiés.

Cette limitation a en tout cas déjà un impact sur l’accueil à la Porte d’Ulysse, le centre d’hébergement de la Plateforme citoyenne à Haren. «Des personnes qui auraient dû être réparties dans le réseau d’accueil Fedasil, après leur enregistrement à l’Office des Etrangers. A l’arrivée de l’hiver, cette restriction d’enregistrements à l’Office provoque une saturation anticipée du réseau d’accueil», observe Mehdi Kassou.

« Incompétence organisée »

L’administrateur de la Plateforme citoyenne Alexis Deswaef déplore en outre que, durant l’année écoulée, Theo Francken ait fait fermer de nombreuses places dans les centres d’accueil pour faire des économies, alors que tous les signaux indiquaient une hausse des demandes d’asile. «On se retrouve maintenant à devoir installer des camps de tentes et limiter à 50 par jour les demandes d’asile. Une fois de plus, la Belgique ne respecte pas ses obligations en la matière», dénonce-t-il. «En 2015, il y avait déjà eu une situation similaire qui avait mené à des condamnations par le tribunal du travail, à des astreintes de 140 euros par jour pour que les gens puissent bénéficier de l’accueil. Theo Francken, qui est en poste depuis plus de 4 ans, n’a pas retenu cette leçon et sa gestion des demandes d’asile relève de l’incompétence organisée

Un afflux de Palestiniens

«Depuis juillet dernier, le nombre de demandes d’asile augmente régulièrement et en novembre, 2.750 personnes ont introduit une demande», indique l’Office des étrangers, contacté par Belga. « Cette hausse est notamment due à un afflux de Palestiniens qui fuient la bande de Gaza depuis le mois d’août. Depuis octobre dernier, ils sont la deuxième nationalité la plus représentée parmi les demandeurs d’asile après les Syriens, ce qui est inédit. Outre les Afghans et Irakiens, nous enregistrons également des demandes d’asile de personnes issues d’Amérique latine, ce qui n’était pas le cas en début d’année

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les membres du Jury de Cannes, présidé par Alejandro Gonzalez Inarritu © AFP

    Le Palmarès du 72e festival de Cannes donne l’impression de ne vouloir froisser personne!

  2. POLITICS ELECTIONS DEFI MEETING

    Elections 2019: les coulisses de la campagne en 7 anecdotes

  3. © Pierre-Yves Thienpont.

    #MaPremièreCampagne: pourquoi j’adore voter

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite