Accueil Société

Fonds libyens gelés: la Belgique se défausse sur l’Europe

Marc Monbaliu, l’ex-patron de la Trésorerie belge qui a donné l’autorisation aux banques belges de libérer les intérêts générés par des fonds libyens gelés, a expliqué sa démarche dans une lettre aux députés. Il couvre le gouvernement et rejette la responsabilité sur l’Union européenne.

Article réservé aux abonnés
Journaliste au service Société Temps de lecture: 5 min

Il était depuis quelques semaines l’un des pensionnés les plus célèbres du pays. Bien malgré lui. Marc Monbaliu est l’ancien administrateur de la Trésorerie belge, les services placés sous l’autorité du ministère des Finances. Dans une lettre du 4 octobre 2012, Marc Monbaliu donnait son aval – au nom de Steven Vanackere (CD&V) – à Euroclear Bank pour libérer les intérêts générés par des fonds libyens gelés sur ordre de l’ONU depuis 2011. Jusqu’en octobre 2017, au bas mot 1,5 milliard d’euros ont fui les comptes d’Euroclear pour disparaître dans la nature. Avec le risque d’un « détournement de fonds », comme redouté par un panel d’experts des Nations unies dans un récent rapport. Marc Monbaliu était donc prié d’expliquer par courrier aux députés de la commission des Finances comment et pourquoi ces intérêts ont été exclus des mesures de gel.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

4 Commentaires

  • Posté par bernard delpierre, samedi 24 novembre 2018, 16:14

    Chacun renvoie la patate (très chaude) à un autre service pour se défausser de cette faute inouïe. Or, il est patent pour le commun des mortels qu'on ne libère pas les intérêts d'une dette ( ..dont le capital reste bloqué ) sur base d'un seul courriel non étayé au demeurant d'éléments en certifiant la pertinence. Pour un simple employé, cela vaudrait un renvoi pour faute grave mais ici nous assisterons à un déballage volontairement confus et à l'utilisation de termes abscons afin de laisser le temps nécessaire à l'évaporation des sommes conséquentes dont personne mais c'est le pur hasard ne retrouvera le ou les bénéficiaire(s)...

  • Posté par delpierre bernard, samedi 24 novembre 2018, 15:58

    En utilisant des arguties juridiques, chacun renvoie la patate (très ) chaude à un autre service alors qu'il est patent pour le commun des mortels qu'on ne libère pas les intérêts d'une dette (laquelle au demeurant.... reste bloquée) sur la base d'un seul "courriel "non accompagné d'éléments en étayant le contenu. C'est du n'importe quoi sauf que les sommes engagées sont elles conséquentes.Mais là où un simple employé serait viré pour faute grave, ici par contre après un déballage volontairement mêlé de la plus grande confusion sémantique, personne ne sera rendu responsable de l'évaporation des sommes dans la nature...

  • Posté par Dopchie Henri, samedi 24 novembre 2018, 14:33

    Où donc se trouve l'argent de ces intérêts?

  • Posté par Dopchie Henri, samedi 24 novembre 2018, 14:14

    Où se trouve l'argent de ces intérêts?

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs