Des OGM interdits et dangereux disséminés dans des aliments pour bétail en Belgique et en Europe

Edition numérique des abonnés

Des organismes génétiquement modifiés récemment interdits par les autorités européennes et jugés dangereux car résistants aux antibiotiques sont disséminés dans une grande quantité d’aliments pour le bétail en Europe, affirme vendredi le journal Le Monde. Selon des documents confidentiels des services sanitaires néerlandais, entre 800.000 et 1,6 million de tonnes d’aliments pour animaux d’élevage sont potentiellement contaminés. L’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (Afsca) confirme l’information.

Une porte-parole de la Commission européenne a également souligné que les autorités étaient en alerte:«Je confirme que le RASFF (acronyme anglais pour le système d’alerte rapide pour la nourriture et l’alimentation, ndlr) a été déclenché. »

Le produit en cause est un additif alimentaire pour animaux, la vitamine B2, également appelée «riboflavine (80%)». Il peut être produit à partir d’une souche bactérienne génétiquement modifiée, un processus qui a abouti à l’apparition de micro-organismes résistants aux antibiotiques, rappelle le journal, soulignant que la découverte de ce problème par un laboratoire allemand dans un lot fabriqué en Chine remonte à 2015.

En mars 2018, l’autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) rend un premier avis signalant ce «risque» pour «les animaux, les consommateurs, les utilisateurs et l’environnement», selon le journal.

Enquête

La Commission européenne suspend l’autorisation le 19 septembre et demande son retrait du marché le 10 novembre. Mais la matière dangereuse s’est disséminée dans la chaîne agro-industrielle, arrivant potentiellement jusqu’au consommateur humain.

D’après la note des services néerlandais, entre avril et juin, huit tonnes de B2 produites à partir de la souche OGM en cause ont été distribuées en Pologne, en Italie et aux Pays-Bas, se répandant par la suite dans d’autres pays. Il y aurait ainsi des lots contaminés en Allemagne, Norvège, Russie, Finlande, Islande et France.

Mais aussi en Belgique, où l’Afsca a découvert la présence de ces OGM dans l’additif alimentaire B2. L’Agence a tracé au moins un lot ces derniers mois, qu’elle a ensuite bloqué, et tente encore de tracer le parcours d’un second. En octobre dernier, elle a prévenu ses collègues européens via le RASFF.

«Avec huit tonnes de vitamines, on va faire quelques centaines de tonnes de prémélanges qui vont être incorporés dans des centaines de milliers de tonnes d’aliments qui seront consommés par des centaines de milliers, si ce n’est des millions d’animaux», commente dans Le Monde un spécialiste de la sécurité alimentaire sous le couvert de l’anonymat.

Plusieurs services sanitaires européens sont saisis du problème. «C’est une compétence et une prérogative des pays membres que d’enquêter (...), de s’assurer qu’il n’y a pas de conséquences, et d’informer», a déclaré une porte-parole de la Commission européenne.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les dirigeants européens ont observé une minute de silence en mémoire des victimes de la fusillade de Strasbourg, ce jeudi à l’ouverture du sommet de Bruxelles.

    Pour Charles Michel, Brexit et crise belge, même combat!

  2. Pour Rudi Vervoort, le ministre-président bruxellois, «
il est indispensable que nous ayons, entre partis, une vraie réflexion sur la gouvernance. Le citoyen attend de nous une cohérence dans la gestion de Bruxelles
». © Sylvain Piraux.

    Les Bruxellois ne veulent pas d’une fusion des communes

  3. © Belga

    Une performance historique des hockeyeurs belges

Chroniques
  • Lettre du Brexit: un processus digne d’un sketch des Monty Python

    Par Marc Roche

    Dans un sketch des Monthy Python, Michael Palin déclare : «  le monde est un endroit absurde et ridicule  ». Quel rapport y a-t-il entre ce gag et le vote de défiance interne au parti conservateur, remporté avec une majorité plus courte que prévu, par la Première ministre, Theresa May ?

    A priori, aucun. Quoique, comme l’indique l’hebdomadaire The Economist, «  depuis le référendum, la nation sage, pragmatique, terre à terre et fondamentalement sensible ressemble à un membre de la famille devenu dingue  ».

    Jugez plutôt. Même si elle est sortie indemne du scrutin de tous les dangers, qu’elle ne peut pas être renversée pendant un an, l’autorité de Theresa May est plus que jamais fragile. Le Parlement ressemble à une serre portée à haute température où s’exacerbent les rancœurs, les jalousies et les...

    Lire la suite

  • Theresa May sauvée, rien n’est réglé

    Theresa May a donc sauvé sa place de Première ministre, dans cet exercice démocratique si particulier aux Britanniques d’un vote de défiance interne au parti Tory, déclenché par ses propres députés.

    Theresa May sauvée, rien n’est réglé pour autant dans cet enjeu presque existentiel pour son pays qu’est le Brexit. Pour convaincre une majorité de ses députés – plutôt faible car privée d’un tiers des troupes – la dirigeante conservatrice a dû promettre qu’elle s’effacerait une fois le Brexit réalisé et...

    Lire la suite