Accueil Belgique Politique

Francken déclare s’inspirer du Vlaams Belang en matière migratoire: la classe politique réagit

L’extrême-droite dicte son agenda politique, accusent les partis francophones à l’exception du MR.

Temps de lecture: 2 min

Le PS et Ecolo ont dénoncé vendredi les propos du secrétaire d’Etat à l’Asile et la Migration, Theo Francken, tenus jeudi soir lors d’un débat avec le président du Vlaams Belang, Tom Van Grieken.

Tout en insistant sur les différences essentielles entre la N-VA et le Vlaams Belang, M. Francken reconnaît toutefois certains mérites au parti d’extrême-droite dans le débat sur l’immigration. Il confie lire les textes du parti d’extrême-droite et en apprendre parfois quelque chose, voire s’en inspirer.

«Cela montre bien qu’aujourd’hui, l’extrême-droite dicte son agenda politique par le biais de la N-VA», a dénoncé le chef de groupe PS à la Chambre, Ahmed Laaouej.

Selon lui, M. Francken banalise l’ignoble.«Combien de temps le Premier ministre va-t-il encore tolérer cette situation? » a-t-il demandé.

«Plus besoin de caricatures», a réagi de son côté, sur twitter, la co-présidente d’Ecolo Zakia Khattabi. «L’extrême-droite est bien à la manoeuvre en matière d’asile au gouvernement».

Le cdH appelle à un «sursaut» du MR. «Où sont les vrais libéraux? Réveillez-vous! », a lancé la cheffe de groupe à la Chambre, Catherine Fonck, sur twitter.

Hypocrisie

Le chef de groupe des libéraux à la Chambre David Clarinval a précisément tenu à rappeler vendredi soir que «la seule inspiration de la politique migratoire du gouvernement est l’accord de gouvernement, point à la ligne».

Le député MR rappelle que les socialistes et les verts flamands ont conclu des majorités ou sont encore en négociations avec la N-VA. «Ce qui ne suscite aucune réaction du côté de leurs partis frères francophones», relève-t-il. «C’est d’une rare hypocrisie.»

Il y a bien sûr des «ressemblances» avec le Vlaams Belang mais aussi des «différence essentielles», avait souligné plus tôt la porte-parole de Theo Francken. La N-VA ne veut par exemple pas d’un stop migratoire mais d’une immigration légale et contrôlée. Elle juge aussi, au contraire du parti d’extrême-droite, qu’une fermeture des frontières belges signifierait une catastrophe économique pour le pays et réclame des frontières européennes plus hermétiques.

 

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

19 Commentaires

  • Posté par Deckers Björn, samedi 24 novembre 2018, 15:58

    Sur le fond, Theo Francken ne dévoile pas grand chose de nouveau, il fait partie de ceux qui ont compris que la mondialisation rendait le clivage gauche droite bancal (la régulation devant s'appuyer sur le multilatéralisme qui est actuellement dans les limbes) et veut le remplacer, sordide, par un clivage entre pro-immigration et anti-immigration. L'immigration ne devrait pourtant être qu'un sujet parmi d'autres, et il serait temps que le sujet soit étudié en amont et non en aval. La question de la coopération au développement et en particulier de la lutte contre l’illettrisme devrait être primordial, celle-ci conditionne l'explosion de natalité dans les pays en développement. La question du réchauffement climatique et des conséquences de celui-ci dans certaines zones ne fera qu'accentuer elle aussi le mouvement migratoire. Enfin, la juste échange commercial et la lutte contre la corruption endémique de certains pays est également posée. A l'évidence, on ne peut compter sur le racisme primaire de la NVA pour relever ces défis nombreux et qui seuls permettront de juguler les problèmes migratoires. Nul ne décide de quitter sa terre par plaisir ou si peu. La question migratoire est liée à tous les autres défis de la civilisation et ce dans un cadre plus mondialisé que jamais. Le repli identitaire et l'unilatéralisme relève d'un tragique anachronisme.

  • Posté par Deckers Björn, samedi 24 novembre 2018, 15:54

    Dire que le MR croyait pouvoir déscotcher le sparadrap. Quelle blague. Theo Francken n'en a cure. Si le MR doit boire la tasse pour que la NVA continue à râcler le racisme de la société flamande. Ainsi soit-il. Le MR et c'est bien juste qu'il en soit ainsi a commis une impardonnable erreur en 2014 en allant seul dans le gouvernement en ne représentant qu'un quart des francophones. La note va arriver et elle sera salée. Au fait, Monsieur Louis Michel, que fait-il aujourd'hui? Il va skier en Autriche et il va à la plage à la Vlaams Kust? Le MR est pathétique et en attendant, ce sont les francophones qui payent la note de son inconséquence.

  • Posté par Poels Jean-pierre, samedi 24 novembre 2018, 10:11

    "Le racisme c'est pour les idiots" avouait Francken le 7 septembre dernier => Au moins il sait dans quelle catégorie il joue!

  • Posté par Irène KABBEDIJK, samedi 24 novembre 2018, 9:36

    … à l'exception du MR? Le sparadrap tient bien!

  • Posté par Grulois Stanislas, samedi 24 novembre 2018, 8:29

    Et Francken va encore venir nous dire qu'on l'a mal compris, que ce n'est pas ce qu'il avait voulu dire et patati et patata... ne nous tracassons pas. Le cours "normal" des choses reprendra au plus tard lundi. Mais pour ma part, je donnerai son C4 à chaque membre de ce "gouvernement" en mai prochain.

Plus de commentaires
Sur le même sujet

Aussi en Politique

Ypres: l’extrême droite privée de «Frontnacht» après des semaines d’hésitation

Le conseil communal d’Ypres a tranché : le festival de musique Frontnacht, présenté comme simplement « identitaire » par ses organisateurs, ne pourra pas avoir lieu en marge de l’IJzerwake, dissidence « ultra » du pèlerinage de l’Yser. Les liens entre plusieurs groupes invités et la mouvance néonazie sont désormais trop manifestes pour être ignorés.

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une