«Ras le viol!»: des milliers de féministes défilent à Paris contre les violences sexistes

Des milliers de personnes ont commencé à défiler samedi après-midi à Paris pour dire « stop » aux violences sexistes et sexuelles, réclamant la fin de « l’impunité des agresseurs » et « des moyens financiers suffisants », à l’appel du mouvement citoyen #NousToutes.

Le cortège est parti vers 14h30 du quartier de l’Opéra en direction de la place de la République, à la veille de la journée internationale pour l’élimination des violences faites aux femmes.

À l’écart des « gilets jaunes », des défilés ont été également annoncés dans une cinquantaine de villes en région (Marseille, Lyon, Toulouse, Lille, Nantes, Rennes…), parés de violet, la couleur choisie par le mouvement #NousToutes.

A Paris, derrière des banderoles « La voix des femmes brise le silence », « Non c’est non », des manifestants scandaient «  les femmes, la lutte, la liberté » au son des tambours. Beaucoup arboraient des pancartes « Ras le viol ! ».

« On va le dire très fort »

Des personnalités d’horizons divers, parmi lesquelles les comédiennes Muriel Robin, Eva Darlan, Vanessa Demouy et Juliette Arnaud, se sont jointes à la marche parisienne.

« Je suis là pour soutenir toutes les victimes et continuer ce combat qui a commencé bien avant moi. J’avais promis que je viendrai, je suis à ma place », a déclaré, foulard violet au bras, Muriel Robin, qui avait réuni plus d’un millier de femmes à Paris en octobre contre les violences conjugales.

Eva Darlan a, elle, souhaité être là « pour porter la voix des femmes qui n’ont pas accès aux médias ». « Il y a un moment, ce serait bien qu’on nous entende. On le dit gentiment mais on va le dire très fort et toutes ensemble », a dit Vanessa Demouy.

En France, en 2016, 123 femmes ont été tuées par leur conjoint ou ex-compagnon, soit environ une tous les trois jours. Chaque année, près de 220.000 femmes subissent des violences dans un cadre conjugal. En outre, plus de 250 femmes sont violées chaque jour, et une sur trois a déjà été harcelée ou agressée sexuellement au travail.

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Les membres du Jury de Cannes, présidé par Alejandro Gonzalez Inarritu © AFP

    Le Palmarès du 72e festival de Cannes donne l’impression de ne vouloir froisser personne!

  2. POLITICS ELECTIONS DEFI MEETING

    Elections 2019: les coulisses de la campagne en 7 anecdotes

  3. © Pierre-Yves Thienpont.

    #MaPremièreCampagne: pourquoi j’adore voter

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite