Bruxelles: un costume offert à Manneken-Pis pour la journée contre les violences faites aux femmes

Bruxelles: un costume offert à Manneken-Pis pour la journée contre les violences faites aux femmes

L’agence des Nations Unies pour les droits des femmes et le European Women’s Lobby ont offert samedi, à l’hôtel de Ville de Bruxelles, un costume orange à Manneken-Pis, confectionné par la créatrice belge Gioia Seghers. Il le portera dimanche pour la journée de lutte contre les violences faites aux femmes.

Le costume est composé d’une veste, d’un pantalon, de chaussures et d’un cercle entourant la tête en symbole de l’unité des genres.

En habillant le « ketje de Bruxelles » de ce costume, les intervenants ont fait valoir l’espoir qu’ils placent dans l’éducation des nouvelles générations. « Nous demandons la ratification et la mise en oeuvre de la convention d’Istanbul et une stratégie de l’Union européenne visant à mettre un terme à toutes les formes de violences masculines », a déclaré Joanna Maycock, secrétaire générale de l’European Women’s Lobby.

Féminicides

Isabelle Kempeneers, vice-présidente du Conseil des femmes francophones de Belgique, a rappelé que 33 femmes ont été victimes de féminicides depuis le début de l’année en Belgique, soit proportionnellement huit fois plus qu’en France, que huit plaintes pour viol sont déposées chaque jour et qu’un couple sur huit est confronté à des violences d’ordre psychologique.

« La convention d’Istanbul dresse plusieurs recommandations et obligations que les Etats européens doivent respecter. La Belgique doit remettre un rapport sur la mise en oeuvre de ces recommandations, qu’elle a remis début 2018, et les associations de terrain ont la possibilité de remettre un rapport alternatif. Selon elles, 80 % des recommandations ne sont pas suivies par la Belgique, ce qui est énorme », a-t-elle détaillé.

La couleur du costume offert à Manneken-Pis est une référence au thème de la campagne des Nations Unies « Orange the World – #HearMeToo ».

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Emmanuel Macron et Angela Merkel, deux «
petits
» du paysage politique international.

    Les secrets du langage du corps à l’usage des «petits»

  2. © D.R.

    #MaPremièreCampagne: Game of Belgium

  3. ©News

    Anderlecht: gagner à Gand pour espérer sauver une si longue histoire européenne

Chroniques
  • Mawda, la dignité humaine

    Voilà un an que la petite Mawda a été tuée par un policier, lors d’une course-poursuite absurde qui s’inscrivait dans la chasse aux migrants lancée et voulue par Theo Francken et Jan Jambon, encouragée et autorisée par Charles Michel – l’opération « Medusa » dont le but était clairement de « faire du chiffre » en interpellant un maximum de migrants tout en prétendant lutter contre « la traite des êtres humains ». Tout, dans cette affaire et dans la gestion politique de ce dossier, est indigne, côté gouvernement. Heureusement, des citoyens et des citoyennes ont pu, un tant soit peu, sinon sauver l’honneur de notre pays, du moins rendre un peu de dignité aux victimes.

    Hasard de calendrier ? Sans doute pas tout à fait ; ce samedi 18 mai, Hart boven Hard et Tam-Tam organisent...

    Lire la suite