Football Leaks: Sergio Ramos se défend après les soupçons de dopage

PHOTO NEWS
PHOTO NEWS

L’information a eu l’effet d’une bombe il y a quelques jours quand les Football Leaks ont révélé que Sergio Ramos, l’emblématique défenseur du Real Madrid, aurait été contrôlé positif à un corticoïde en 2017. Les fais remontent à la finale de la Ligue des champions disputée à Cardiff contre la Juventus. D’après les éléments du dossier, l’Espagnol aurait également pris une douche pour faire disparaître toutes traces de dopages avant un match de Liga contre Malaga.

Ce samedi, le Real Madrid a été sèchement battu par la modeste formation d’Eibar sur le score de 3-0. Au terme du match, le capitaine des Merengues est revenu brièvement sur cette affaire qui le secoue. « Tout au long de ma carrière professionnelle, j’ai eu plus de 300 contrôles et je n’ai jamais rien manqué. Nous savions que cette information allait sortir. Mais comme nous connaissons la vérité, nous sommes calmes et nous n’avons pas peur. En 15 ans, je n’ai jamais manqué un contrôle antidopage. Ceux qui ont écrit ces informations savent que je n’ai rien fait d’illégal. »

« Tout a été clarifié »

Sergio Ramos a, par ailleurs, publié un communiqué via ses réseaux sociaux où il indique avoir suivi les injonctions médicales. « J’ai reçu un traitement médical standard administré par le staff médical du club. Tout cela a été clarifié et résolu formellement. » Et de préciser ce qu’il s’est passé avec la fameuse histoire de la douche : « Les officiels m’ont autorisé à prendre une douche, restant avec moi tout le temps, avant que je passe le contrôle. »

Pour l’Espagnol, nul doute que cette affaire risque encore de le poursuivre un certain temps…

 
 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
  • ©Belga

    Par Jonas Bernard

    Diables rouges

    Diables rouges: le duo Witsel-De Bruyne reprend du service

  • ©Belga

    Par François Laurent

    Diables rouges

    Eden Hazard: «Je dois être décisif, pas juste faire le show»

  • ©News

    Les Diables rouges en quête du bulletin parfait

 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. «
Deliveroo nous a fait signer une nouvelle convention. Conséquence
: je gagne entre 20 et 30
% de moins qu’avant. On me paie 5,32 euros la course désormais
», affirme un livreur.

    Deliveroo, Uber Eats, Takeaway: les coursiers, toujours en dernière ligne

  2. Grâce à un single, la machine marketing du deuxième opus a été lancée avant même la sortie du film.

    L’effet Reine des Neiges, ou comment Disney règne sur le box-office

  3. Jennifer Williams, conseillère spéciale du vice-président américain Mike Pence, et le lieutenant-colonel Alexander Vindman, membre du Conseil de sécurité nationale
: deux témoignages majeurs devant la commission du Renseignement de la Chambre qui mène l’enquête au pas de course.

    L’«affaire ukrainienne» de Trump racontée par des témoins directs

La chronique
  • Royaume-Uni: Levido et Milne, les faux frères ennemis des élections

    Par Marc Roche

    Deux personnages au visage banal, discrets jusqu’à la transparence, sans charisme, ni faconde, qui sont, dans l’ombre, les hommes clefs de l’élection législative du 12 décembre au Royaume-Uni. Et le symbole de la revanche des radicaux sur les tenants du juste milieu.

    L’Australien Isaac Levido, 35 ans, et l’Anglais Seumas Milne, 61 ans, sont les gourous électoraux respectivement de Boris Johnson et de Jeremy Corbyn. Les mécaniciens en chef de la bataille électorale détiennent beaucoup plus de puissance réelle que les membres du Cabinet ou du gouvernement fantôme. Ils ont l’accès le plus direct, le plus fréquent et le poids le plus perceptible auprès des deux principaux protagonistes du scrutin.

    Tout apparemment différencie les deux frères...

    Lire la suite

  • Mesdames, Messieurs, la Commission! Enfin…

    On croyait que les affaires courantes étaient une spécialité belge. Mais depuis un mois, on a découvert que l’Europe nous les enviait au point de les adopter. La Commission von der Leyen, qui devait entrer en fonction le premier novembre dernier, est en effet restée dans les paddocks bruxellois faute d’être au complet.

    Mais ces affaires courantes, qui font déjà mauvais genre chez nous, faisaient carrément tache pour une Union européenne déjà accusée de paralysie quand la Commission est de plein...

    Lire la suite