Football Leaks: Sergio Ramos se défend après les soupçons de dopage

PHOTO NEWS
PHOTO NEWS

L’information a eu l’effet d’une bombe il y a quelques jours quand les Football Leaks ont révélé que Sergio Ramos, l’emblématique défenseur du Real Madrid, aurait été contrôlé positif à un corticoïde en 2017. Les fais remontent à la finale de la Ligue des champions disputée à Cardiff contre la Juventus. D’après les éléments du dossier, l’Espagnol aurait également pris une douche pour faire disparaître toutes traces de dopages avant un match de Liga contre Malaga.

Ce samedi, le Real Madrid a été sèchement battu par la modeste formation d’Eibar sur le score de 3-0. Au terme du match, le capitaine des Merengues est revenu brièvement sur cette affaire qui le secoue. « Tout au long de ma carrière professionnelle, j’ai eu plus de 300 contrôles et je n’ai jamais rien manqué. Nous savions que cette information allait sortir. Mais comme nous connaissons la vérité, nous sommes calmes et nous n’avons pas peur. En 15 ans, je n’ai jamais manqué un contrôle antidopage. Ceux qui ont écrit ces informations savent que je n’ai rien fait d’illégal. »

« Tout a été clarifié »

Sergio Ramos a, par ailleurs, publié un communiqué via ses réseaux sociaux où il indique avoir suivi les injonctions médicales. « J’ai reçu un traitement médical standard administré par le staff médical du club. Tout cela a été clarifié et résolu formellement. » Et de préciser ce qu’il s’est passé avec la fameuse histoire de la douche : « Les officiels m’ont autorisé à prendre une douche, restant avec moi tout le temps, avant que je passe le contrôle. »

Pour l’Espagnol, nul doute que cette affaire risque encore de le poursuivre un certain temps…

 
À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. POLITICS ELECTIONS DEFI MEETING

    Elections 2019: les coulisses de la campagne en 7 anecdotes

  2. «
Ce sera avec le PS sans la N-VA ou avec la N-VA sans le PS
» avait dit Elio Di Rupo.

    Elections 2019: la Belgique sera-t-elle ingouvernable?

  3. © Photo News

    Elections 2019: les programmes des partis à la loupe

Chroniques
  • «En entreprises»: le pluriel est-il de mise?

    « En » et « dans »

    «  Des formations zéro faute en entreprises  » titrait, le 8 avril dernier, votre quotidien favori dans sa version « papier ». S’ensuivirent les doléances d’une lectrice qui se disait très étonnée à la lecture de ce titre. Qu’est-ce qui a pu choquer dans la formule incriminée ? Le caractère trop ambitieux de l’objectif « zéro faute » ? Point du tout ! C’est la marque du pluriel au nom entreprises. Pourtant, ces formations ne sont pas destinées à une seule entreprise, mais à plusieurs ; elles seront dispensées dans les entreprises. Pour des formations zéro faute, un bref retour sur le couple en / dans les peut s’avérer utile.

    L’emploi de la préposition en pour introduire un complément de lieu est d’usage général en français : travailler en usine, croupir en prison, s’éclater en boîte, servir en salle, entrer en conclave. Dans ces expressions, il...

    Lire la suite

  • Avis aux partis: lundi, la campagne, c’est fini!

    Ce dimanche, la parole est aux électeurs. A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, ce rappel très utile : le soir des élections, ce sont les résultats que chaque parti scrutera avec angoisse. C’est la mathématique qui désigne les vainqueurs et qui prend une claque, au nord comme au sud du pays. Aucun jeu n’est fait et les votes exprimés peuvent bouleverser les cartes et rendre des alliances si pas impossibles, difficiles ou illégitimes. Il y a toujours des surprises les soirs d’élections, et ce sont les citoyens qui les...

    Lire la suite