Accueil Opinions Chroniques

Gilets jaunes en France: les raisons d’un étrange échec

Les ultras anti-démocrates de gauche comme de droite sont en train d’étouffer le mouvement en l’instrumentalisant. La colère populaire, réelle, le mécontentement très large, et le malaise profond, sont pourtant légitimes.

Article réservé aux abonnés
Chroniqueur Temps de lecture: 4 min

Les féministes françaises ont remporté une victoire inespérée. Elles avaient prévu, samedi dernier, de manifester à Paris pour dénoncer les violences faites aux femmes sans que les grands médias, tout à leur hyper promotion des démonstrations annoncées par les gilets jaunes, ne prêtassent la moindre attention à leur initiative.

Or, à l’arrivée, bien que le mouvement des gilets jaunes ait bénéficié d’une couverture et même d’un soutien médiatique absolument exceptionnel, y compris de la part de l’AFP, on compta dans les rues de la capitale deux fois plus de manifestantes féministes que de gilets jaunes.

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

3 Commentaires

  • Posté par Denis Jean-pierre , mardi 27 novembre 2018, 13:48

    Qu'importe! Pendant ce temps des travailleurs-pauvres comptent leurs derniers centimes pour clôturer la fin de mois...dans le rouge!

  • Posté par Bricourt Noela, mardi 27 novembre 2018, 7:52

    La France "d'en bas", les classes laborieuses, les "lambda" comme disent ceux qui s'estiment faire partie "des élites" avaient droit au respect d'autant plus que les premiers ont tout supporté depuis si longtemps . Mais "les élites" n'ont pas compris.

  • Posté par Bricourt Noela, lundi 26 novembre 2018, 19:26

    Ce dont la population dans son ensemble a besoin, c'est d'abord du respect. Ceux qui n'ont pas hésité à se qualifier "d'élite " ou d'être ou d'imaginer être parmi ceux "d'en haut" devraient avoir honte de ne pas avoir remarqué que beaucoup ne disposent pas d'un réseau pour rentrer dans la vie active ou pouvoir obtenir une bonne crèche ou une bonne école pour les enfants ou une bonne maison de retraite pour leurs parents.... Pourtant, les mêmes, ceux qui sont traités de beaufs, de laborieux, d'exclus de la mondialisation ,ceux qui n'ont pas réussi , ont tout accepté; les embouteillages chaque matin, les trains et les routes en piteux état , les évaluations et la pression au travail pour être compétitif sous peine de licenciement, les taxes qui augmentent , les salaires misérables, les discours anxiogènes, les titres racoleurs, la retraite à 67 ans et maintenant le mépris affiché des élites . Toutes ces personnes ne sont pas plus stupides que ceux qui ont réussi souvent bien légitimement à sauver leur peau et/ ou leur confort.

Aussi en Chroniques

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs