Accueil Société

Le mélange belgo-tchétchène reste rare et difficile

Les couples unissant harmonieusement Belges et Tchétchènes sont rarissimes : les obstacles culturels et familiaux sont importants. La mixité belgo-tchétchène est plus prometteuse sur le plan politique. Deuxième volet de notre série.

Article réservé aux abonnés
Grand reporter Temps de lecture: 3 min

Unir un Tchétchène et une Belge ? « Oui, si l’épouse belge se convertit », nous dit Tourpal. Un Belge et une Tchétchène ? « Oui, mais la Tchétchène y perdra probablement tout contact avec sa famille », prévient la sociologue Alice Szczepanikova. De toute façon, aucun de ces deux scénarios n’a la faveur des jeunes Tchétchènes au moment où leur vie se forme et qu’ils songent à convoler. Si les jeunes hommes tchétchènes disposent d’une certaine marge de liberté, ils ont bien de la peine à l’exercer sans ressentir un fort malaise : le poids du conservatisme est omniprésent. « C’est quelque chose de toujours très fort, observe Alice Szczepanikova. Le genre de consigne qui a toujours beaucoup d’influence et qui leur sera très difficile de ne pas suivre. « 

Cet article est réservé aux abonnés
Article abonné

Découvrez la suite, 1€ pour 1 mois (sans engagement)

Avec cette offre, profitez de :
  • L’accès illimité à tous les articles, dossiers et reportages de la rédaction
  • Le journal en version numérique
  • Un confort de lecture avec publicité limitée

Le fil info

La Une Tous

Voir tout le Fil info

0 Commentaire

Aussi en Société

Voir plus d'articles

Allez au-delà de l'actualité

Découvrez tous les changements

Découvrir

À la Une

références Voir les articles de références références Tous les jobs