Johan Van Overtveldt veut discuter d’une adaptation du système de cliquet, qui limite la baisse du prix des carburants

©D.R
©D.R

Le ministre des Finances Johan Van Overtveldt (N-VA) veut discuter du système de cliquet, qui limite la baisse des prix du carburant à la pompe par une augmentation des accises, a-t-il déclaré lundi matin sur les ondes de la VRT. Le SP.A, lui, veut supprimer ce système tandis que le CD&V plaide pour une redistribution des rentrées liées au mécanisme vers les revenus les plus bas.

«Une discussion politique devra permettre de déterminer si ce cliquet sera encore utile à l’avenir», a indiqué, sans enthousiasme, le ministre des Finances. Selon ce dernier, le système ne sera plus utilisé cette année, ni l’année prochaine. «Le mécanisme actuel est avant tout destiné à uniformiser les prix de l’essence et du diesel. Ce qui s’est produit», a ajouté Johan Van Overtveldt.

Effets du tax shift

Selon lui, le gouvernement a déjà fait beaucoup pour les revenus les plus modestes. «Les minimas sociaux ont augmenté de 11 à 15%, ce qui est trois fois plus que sous le gouvernement Di Rupo», a-t-il affirmé, en pointant également les effets bénéfiques du tax shift sur les bas et les moyens salaires. «Les plus bas revenus ont augmenté de 115 euros net, auxquels s’ajouteront encore 31 euros au début de l’année prochaine, soit 146 euros», a enfin souligné Johan Van Overtveldt.

À la Une du Soir.be
À découvrir sur Le Soir +
 
 
 

Vos réactions

Règles de bonne conduite / Un commentaire abusif? Alertez-nous

Le choix de la rédaction
  1. Le lancement de l’appareil était attendu vendredi.

    En voulant se battre sur tous les fronts, Samsung joue un jeu très risqué

  2. «
Le Soir
» obtient une moyenne de 62
%.

    Le bulletin de la Fédération Wallonie-Bruxelles: les notes des ministres

  3. file3-1

    RTBF: «Le mot élection fait peur aux jeunes»

Chroniques
  • Brexit: l’heure est à la glorification du passé britannique

    Par Marc Roche

    On allume la radio ou la télé ou on ouvre son journal. Et les petits matins d’un printemps ensoleillé deviennent blêmes. Après la trêve pascale, le grand-guignolesque feuilleton du Brexit a repris.

    Depuis la décision du Conseil européen, la Première ministre Theresa May y compris, d’étendre la date butoir du divorce au 31 octobre, une sorte de « drôle de guerre » prévaut au Royaume-Uni. A part quelques escarmouches par médias interposés, il ne se passe rien.

    En effet, la cheffe du gouvernement peut garder son poste jusqu’en décembre si elle le souhaite. Les négociations entre le gouvernement et l’opposition travailliste sont dans l’impasse. De nouveaux votes indicatifs doivent avoir lieu au Parlement, plus divisé que jamais. Les partis se préparent aux vraies-fausses élections...

    Lire la suite

  • L’école bilingue, une idée à tester

    Au Royaume des trois langues nationales, le multilinguisme devrait être un atout cultivé dès la maternelle… Et pourtant, pas une école bilingue (pour ne pas dire trilingue) dans l’enseignement subventionné, pas même à Bruxelles. La faute au contexte communautaire qui a conduit, des lois linguistiques de 1963 à la communautarisation de l’enseignement en 1988, au cloisonnement hermétique de mondes unilingues francophone et néerlandophone, y compris dans la capitale.

    ...

    Lire la suite